Mandat de dépôt à l'encontre de Najem Gharsalli, ancien ministre de l'Intérieur indiquent plusieurs médias, l'intéressé nie

Publication: Mis à jour:
NAJEM GHARSALLI
CORRECTING NAME OF TUNISIAN INTERIOR MINISTER TO MOHAMED NAJEM GHARSALLI - Tunisian Interior Minister Mohamed Najem Gharsalli gestures during a press conference in Imperial Marhaba hotel in Sousse, Tunisia, Monday, June 29, 2015, the scene of Friday's beach massacre. The top security officials of Britain, France, Germany and Belgium are paying homage to the people killed in the beach terrorist attack on Friday. (AP Photo/Darko Vojinovic) | ASSOCIATED PRESS
Imprimer

L'ancien ministre de l'Intérieur Najem Gharsalli a nié l'émission d'un mandat de dépôt à son encontre comme ont révélés ce vendredi 3 novembre 2017, plusieurs médias.

"Je suis actuellement chez moi et je nie l'émission d'un mandat de dépôt à mon encontre" a-t-il affirmé indiquant avoir été convoqué simplement en tant que "témoin".

Ce dernier a été auditionné hier jeudi 02 novembre 2017, par le juge d’instruction du tribunal militaire sur l’affaire d’atteinte à la sûreté de l’État, intérieure et extérieure, liée à l’homme d’affaires, Chafik Jarraya, rapporte Mosaïque Fm.


Selon Shems Fm
, un problème juridique s'est posé dans l'émission du mandat de dépôt étant donné que Najem Gharsalli dispose de l'immunité diplomatique mais également judiciaire étant également juge.

L'ancien ministre de l'Intérieur occupe actuellement la fonction d'ambassadeur de Tunisie au Maroc.

Gharssali avait déjà été interrogé en août dernier par le tribunal militaire dans la même affaire.

Un autre mandat de dépôt a été émis la veille par le juge d’instruction militaire à l’encontre de l’ancien directeur général des services spécialisés au ministère de l’Intérieur, Imed Achour. Ce dernier est impliqué dans une affaire liée à la sûreté de l’Etat en relation avec l'homme d'affaires Chafik Jaraya, l’un des barons de la contrebande et de la corruption, arrêté en mai dernier pour trahison, atteinte à la sécurité publique et intelligence avec une puissance étrangère.

Dans un coup de filet anti-corruption lancé en mai dernier par le chef du gouvernement Youssef Chahed, l'homme d'affaires Chafik Jarraya a été arrêté ainsi que de nombreux autres hommes d'affaires.

Plus d'informations à venir...

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.