Le pétrole monte, soutenu par l'Arabie saoudite

Publication: Mis à jour:
OIL PRICE
Energy crisis concept with oil refinery industry background,Double exposure. | Kanoke_46 via Getty Images
Imprimer

Les prix du pétrole grimpaient encore vendredi en cours d'échanges européens dans un marché galvanisé par la hausse des prix de l'Arabie saoudite, qui a à nouveau assuré vouloir renouveler l'accord de production au côté de la Russie.

Vers 11H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier valait 60,83 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 21 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat de décembre prenait 27 cents à 54,81 dollars.

"En ce moment, il n'y a rien qui pourrait gâcher l'enthousiasme des optimistes: les réserves américaines reculent et les représentants des pays s'étant engagés à limiter leur production n'arrêtent pas de réaffirmer leur volonté d'étendre l'accord", ont commenté les analystes de Commerzbank. Le Département américain de l'Energie (DoE) a fait état mercredi d'une baisse des réserves des Etats-Unis, signe que la demande dépasse l'offre dans le premier consommateur mondial.

Du côté de l'accord de limitation de la production, qui lie l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à d'autres producteurs, les marchés ont vu l'annonce jeudi par l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial, d'une hausse de ses prix vers l'Asie, comme un nouveau signe du rééquilibrage du marché.

Le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, s'est rendu en Arabie saoudite, et les deux figures de proue de l'accord ont réaffirmé leur dévouement au rééquilibrage des marchés.

"Le ministre saoudien de l'Energie (Khaled al-Faleh, ndlr) a décrit le respect des objectifs de production comme +excellents+, et son homologue russe a fait de son mieux pour assurer que l'accord serait reconduit au delà de mars 2018", a commenté Stephen Brennock, analyste chez PVM. Cependant, les annonces n'ont pas convaincu tous les acteurs du marché.

"Nous doutons qu'un accord formel soit annoncé le 30 novembre (jour des réunions de l'Opep seule et de celle avec ses partenaires, ndlr). Ils peuvent assurer de leur volonté d'étendre l'accord jusqu'à fin 2018, mais avec un baril à 60 dollars, la pression est bien moins forte", a commenté Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

Selon lui, les marchés ont manqué l'information clef des dernières semaines, à savoir les résultats trimestriels des grands groupes pétroliers privés.

"Les grands groupes peuvent enregistrer une bonne performance à moins de 50 dollars le baril", a souligné l'analyste, qui estime que cela entame le pouvoir de l'Opep à réduire le marché mondial puisque les entreprises privées peuvent produire plus sans craindre de voir le cartel inonder le marché.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...