Le nouveau gouverneur de Tunis: "Notre combat contre les étals anarchiques continue"

Publication: Mis à jour:
TUNIS STREET
IdealPhoto30 via Getty Images
Imprimer

"Notre combat contre les étals anarchiques continue," a annoncé Chedly Bouallegue, le nouveau gouverneur de Tunis, dans une déclaration accordée à Shems Fm. Fraîchement désigné, ce dernier a souligné que la lutte contre l’exploitation illégale de l’espace public et les marchands ambulants menée par son prédécesseur Omar Mansour se poursuit. "Il n'est pas question de faire marche-arrière," a-t-il martelé en affirmant que ce dossier figure parmi ses priorités.

Chedly Bouallegue a été désigné lors du dernier mouvement dans le corps des gouverneurs opéré, dimanche le 29 octobre 2017, par le Chef Du gouvernement Youssef Chahed. Il a été gouverneur du Kef avant de devenir gouverneur de Tunis en remplacement de Omar Mansour.

Le limogeage de Omar Mansour a suscité la polémique en Tunisie soulevant plusieurs points d'interrogation. Aucune explication claire n'a été manifestée derrière son évincement surtout qu'il est connu pour sa mobilisation et son combat contre l'étalage anarchique. Il a lancé, en juin dernier, une grande opération de nettoyage de Tunis qu'il a supervisé en personne.

"Nous avons perdu cet homme" a regretté, d'ailleurs, le dirigeant d'Ennahdha Abdelfatteh Mourou. "Omar Mansour est parvenu à maitriser la situation (...) Il était gouverneur à l’Ariana, et l’a réhabilité, et à la capitale, il est digne de remerciements. Cet homme peut occuper plusieurs positions, et ne doit pas rester à la marge", a-t-il ajouté dans une déclaration accordée à Shems Fm.

Certains ont, d'autre part, lié son limogeage par le fait qu'il s'est affiché avec Imed Dghij, membre de la Ligue de Protection de la révolution dissoute. En effet, des photos ont été largement partagées, samedi, sur les réseaux sociaux le montrant durant une visite au Kram en compagnie de Dghij.

Cette hypothèse a été formellement démentie par le ministre chargé des Relations avec les instances constitutionnelles et la société civile, Mehdi Ben Gharbia. Il a noté que l'apparition de Omar Mansour avec le leader de la ligue de la protection de la révolution Imed Deghij n'a rien à avoir avec son limogeage. Il a indiqué que le mouvement dans le corps des gouverneurs est un exercice routinier et se base sur un travail d’évaluation de rendement des gouverneurs.

LIRE AUSSI: Les rues de Tunis revivent sans étals anarchiques (PHOTOS)

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.