Dans la pyramide de Khéops, des chercheurs ont découvert un énorme "vide" caché

Publication: Mis à jour:
PYRAMIDE KHEOPS
Dans la pyramide de Khéops, des chercheurs ont découvert un énorme "vide" caché | SCANPYRAMIDS MISSION
Imprimer

SCIENCE - Construite il y a plus de 4500 ans à Gizeh en Egypte, la pyramide de Kheops est toujours aussi énigmatique. A tel point que les chercheurs sont obligés d'utiliser les rayons cosmiques provenant des étoiles pour percer à jour ses secrets.

Ce jeudi 2 novembre, des scientifiques annoncent justement avoir fait une découverte renversante: un énorme "vide", caché au coeur de la pyramide de Kheops, l'une des sept merveilles du monde. L'étude, publiée par Nature, a été réalisée par les scientifiques de la mission Scan Pyramids Project.

La cavité en question se situe au-dessus de la grande galerie, le plus gros des corridors reliant les trois chambres connues (celle du roi, de la reine et la souterraine). Et elle est plutôt grande pour un vide à l'intérieur d'une pyramide: 30 mètres de long minimum. Et d'une largeur similaire à la grande galerie, qui mesure près de 8 mètres de haut sur au moins un de large.

pyramide 2

Le vide découvert est représenté par des petits points blancs. Il se situe à quelques dizaines de mètres de la grande galerie, le plus grand des corridors reliant les différentes chambres.

Détection venue des étoiles

Mais qu'est-ce qui se trouve dans ce vide? Difficile à dire pour le moment, car les chercheurs n'ont pas directement observé cette zone. Ils l'ont détecté grâce à une technique appelée "muographie".

Les scientifiques ont utilisé des sortes de télescopes bizarres qui analysent le flux de particules bien particulières, les muons. Celles-ci se forment au-dessus de nos têtes, quand les rayons cosmiques provenant du Soleil et d'autres étoiles pénètrent dans l'atmosphère.

L'intérêt du muon, pour les chercheurs, c'est qu'il traverse la matière, mais pas indemne. S'il y a trop de roche, il peut être dévié ou finir par être absorbé. Du coup, il suffit de placer un détecteur dans (ou à côté de) la pyramide, de le pointer vers le ciel et d'analyser le nombre de muons que l'on reçoit.

Ainsi, dans le cas présent, on a remarqué ce vide dans la pyramide de Khéops car le flux de muons était plus important que prévu. Cela a surpris les chercheurs, qui ont décidé de concentrer tous leurs efforts sur cette zone.

pyramide 3

Le télescope à muons du CEA, qui fait partie du projet ScanPyramids.

Une cavité certaine, mais très vague

Et si certains égyptologues sont sceptiques, évoquant la possibilité de simples roches plus poreuses, les scientifiques rejettent ces doutes. Déjà, lors d'une précédente découverte en 2015 de deux petites cavités au nord de la pyramide, certains égyptologues avaient accueilli la nouvelle avec scepticisme.

Mais ici, la découverte, publiée dans la prestigieuse revue Nature, a été détectée par trois machines avec un fonctionnement différent et placées à trois endroits distincts. "C'est impossible que ce soit de la roche poreuse, le vide est tellement gros", affirme au HuffPost Mehdi Tayoubi, auteur principal de l'étude. "Les égyptologues devraient travailler avec nous à comprendre ce qu'est ce vide, plutôt que de douter", estime-t-il.

Car si cette cavité existe, reste à savoir ce qu'elle cache. Au vu des résultats, impossible de dire si c'est une seule grosse cavité ou un assemblage de plusieurs petites. Ou même si elle est horizontale ou inclinée, suivant la pente de la grande galerie, qui se situe environ 10 à 30 mètres en dessous.

pyramide4

L'équipe du projet ScanPyramids devant une représentation en réalité augmentée de cette cavité découverte.

Muons et robots

Il faudra de nouvelles analyses pour mieux cerner cette zone cachée. Pour l'instant, il semble impossible de pouvoir y accéder physiquement. "Nous allons continuer à utiliser la muographie, en se plaçant à d'autres endroits pour affiner les résultats", précise Mehdi Tayoubi, fondateur de l'institut français HIP (Héritage, Innovation Préservation) qui participe au projet.

Les chercheurs réfléchissent pour le futur à d'autres technologies pour explorer les recoins de la pyramide de Kheops. "Par exemple avec des petits robots, minimalement invasifs", précise Mehdi Tayoubi.

En savoir plus sur ce vide pourrait également servir à mieux comprendre comment les pyramides ont été construites, ont rappelé les auteurs lors d'une conférence de presse. Car pour le moment, les théories sont avant tout basées sur des hypothèses, sans réelles preuves.

Comprendre la structure de cette zone (et d'autres qui pourraient être découvertes par la suite) pourrait nous aider à mieux cerner les étapes de la construction de ces monuments toujours aussi mystérieux.

pyramides 4

LIRE AUSSI: