Attaque au couteau du Bardo: Le commandant Riadh Barrouta a succombé à ses blessures

Publication: Mis à jour:
TUNISIA COPS BARDO
A policeman stands past blood stains, inside the compound of the national Bardo museum in Tunis March 19, 2015. Tunisia said it would deploy the army to major cities and arrested four people on Thursday after militant gunmen killed 20 foreign tourists visiting the national Bardo museum, the worst attack on the north African country in more than a decade. REUTERS/Anis Mili | Anis Mili / Reuters
Imprimer

Le commandant Riadh Barrouta, un des deux policiers attaqués la veille au couteau par un élément takfiriste, est décédé, jeudi, a affirmé le chargé de l’information au ministère de l’Intérieur.

A son arrivée à l’hôpital, la victime était dans un état grave. Il avait subi un arrêt cardio-vasculaire pendant son transfert vers l’hôpital. Le chef de service de chirurgie cardio-vasculaire à l’hôpital de la Rabta, Raouf Denguir, avait affirmé à la TAP que la victime a subi une intervention chirurgicale au cou, avant d’être admis en soins intensifs.

Un dénommé Zied Ben Salem Gharbi avait attaqué, mercredi, au couteau, une patrouille de la police de circulation au Bardo. Il a poignardé le commandant Riadh Barrouta au cou et blessé le capitaine Mohamed Aidi au front.

Le ministère public avait ordonné, mercredi, de placer l’agresseur en garde à vue et de le confier à l’unité nationale de recherche dans les crimes terroristes d’El Gorjani.

Les forces sécuritaires présentes sur les lieux ont maitrisé l’agresseur alors qu’il essayait de s’en prendre à un troisième policier.

Selon le ministère de l’Intérieur, l’agresseur a avoué, lors de l’interrogatoire, avoir adopté, depuis trois ans, la pensée “takfiriste”, étant convaincu que l’assassinat des policiers est une forme de “Djihad”.

Le porte-parole du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme Sofiène Selliti a affirmé, de son côté, que l’assaillant, né en 1992, n’a pas de casier judiciaire et qu’il s’apprêtait à rejoindre des groupes terroristes en Libye.

La famille de la victime avait appelé à poursuivre le takfiriste et à lui infliger la plus lourde peine pour avoir attenté à la vie de Riadh Barrouta (53 ans), père de trois enfants.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.