Retrouvez l'actualité high-tech de la semaine en bref

Publication: Mis à jour:
TECHNOLOGY
Cropped shot of a computer programmer working on new code | Cecilie_Arcurs via Getty Images
Imprimer

Pour l’Allemagne il n’y a "pas de preuve" que Kaspersky a été pour les hacks

Pour le BSI, l’Office fédéral de la sécurité des technologies de l'information Allemand, il n’existe aucune preuve que les pirates russes ont utilisés les logiciels antivirus Kaspersky Lab pour espionner les autorités américaines. "Il n'y a pas de plans pour mettre en garde contre l'utilisation des produits Kaspersky puisque le BSI n'a pas de preuve de mauvaise conduite par la société ou des faiblesses dans son logiciel", a déclaré BSI dans une réponse envoyée par courriel à Reuters.

Le New York Times avait rapporté il y a quelques semaines que les services secrets israéliens espionnant les pirates du gouvernement russe ont découvert qu'ils utilisaient le logiciel Kaspersky comme une sorte de recherche Google pour trouver des données sensibles stockées par les agences gouvernementales américaines et d'autres. Selon le journal, l'opération russe a également permis de voler des documents confidentiels d'un employé de la National Security Agency des États-Unis qui les avait mal stockés sur son ordinateur à la maison, sur lequel était installé un logiciel antivirus Kaspersky. Dans sa réponse au NYT, la firme de sécurité russe affirme : "Il n’a été fourni à Kaspersky Lab aucune preuve qui confirmerait que l’entreprise est impliquée dans un présumé incident rapporté par le Wall Street Journal, le 5 octobre 2017". Ajoutant : "Nous n’avons pas à nous excuser de combattre avec agressivité les malwares et les cyber criminels. Depuis 20 ans, Kaspersky Lab est fier d’empêcher les infections de malwares, quelle qu’en soit la source".

Twitter va interdire de publicité deux médias russes liés au gouvernement

Face aux critiques sur la propagande russe sur sa plate-forme, Twitter a annoncé qu'il interdira de publicité à deux médias ayant des liens avec le gouvernement russe. Il s’agit de Russia Today (RT) et de Spoutnik, largement considérés comme alignés sur les positions du Kremlin. "Nous n'avons pas pris cette décision à la légère, et nous prenons cette mesure maintenant dans le cadre de notre engagement continu à protéger l'intégrité de l'expérience utilisateur sur Twitter", a déclaré la société dans un article annonçant la décision, ajoutant qu'elle est arrivée à cette conclusion fondée sur le rapport de renseignement et une "enquête interne de leur comportement". Les deux médias ont fait l'objet d’un rapport, publié par les agences de renseignement américaines, qui détaille des efforts du gouvernement de Russie pour influencer les élections américaines. La décision ne s'applique qu'à ces deux annonceurs, a indiqué la compagnie. Les deux médias seront toujours autorisés à atteindre les utilisateurs via leurs comptes par des moyens non rémunérés. Twitter indique avoir reçu 1,9 million de dollars de publicité de RT depuis 2011. Dans le cadre de son annonce, la société a déclaré qu'elle donnerait cet argent à des groupes travaillant sur la recherche externe autour de Twitter et de la politique.

Viacom se tourne vers les offres mobiles pour capter les jeunes téléspectateurs

Pour reconquérir les plus jeunes téléspectateurs américains qui abandonnent des forfaits TV, Viacom Inc, le conglomérat de chaines câblées, tente une nouvelle tactique pour proposer des offres directement avec les réseaux de téléphonie mobile. Viacom, basée à New York, a déjà des accords mobiles dans d'autres pays. Actuellement, la société est en pourparlers avec les opérateurs pour voir si elle peut exécuter une stratégie similaire, selon le directeur général de Viacom Bob Bakish dans une interview à Reuters. Elle met en place une division de moins 100 personnes pour produire des émissions de courte durée, plus faciles à regarder sur les téléphones portables, a-t-il ajouté refusant de dire quels opérateurs sa compagnie a approché. Au Japon, Viacom a conclu deux accords avec des sociétés de téléphonie mobile pour ses applications MTV et Nickelodeon. Au cours des 18 mois qui ont suivi son lancement, la consommation mobile de MTV Hits de Viacom, un service de vidéo musicale disponible sur AbemaTV, un service mobile gratuit financé par la publicité, a dépassé sa chaîne MTV Japan TV, a indiqué Viacom. Les deux partagent les revenus publicitaires.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.