"C'est pour ces raisons qu'on a décidé d'interdire l'importation des glibettes turques..." explique Samir Taieb

Publication: Mis à jour:
SUNFLOWER SEED WHITE
a lot of white sunflower seeds, scattered, seeds are a wooden spoon | Sanny11 via Getty Images
Imprimer

C'est décidé. La Tunisie a mis fin à l’importation des graines de tournesol blanches (ou glibettes) venues de Turquie. Une mesure qui a été prise à la suite des difficultés que connait le secteur des graines de tournesol dans le nord-ouest du pays notamment à Béja, a annoncé le ministre de l'Agriculture Samir Taieb dans une déclaration accordée à Mosaïque Fm.

Taieb a expliqué que cette mesure a pour objectif d'encourager la production tunisienne, soutenir les agriculteurs spécialisés dans l’agriculture des graines de Tournesol noires qui ont longtemps souffert de l'importation de ce produit turc et s'attaquer au déficit aigu de la balance commerciale. "Des négociations entamées avec la partie turque ont permis de trouver un terrain d’entente portant sur l’interdiction officielle de l’importation des glibettes turques" a-t-il encore précisé.

Les glibettes, ces graines vendues grillées avec très peu d'huile et salées, constituent des sources de revenus pour plusieurs agriculteurs dans la région de Béja. La culture du tournesol est, également, une pratique très bénéfique pour la culture céréalière, dans la mesure où elle aide à fertiliser les terres, à travers la technique de l’assolement.

En mars 2016, les agriculteurs de la région de Béjà se sont soulevés pour mettre fin à cette importation menaçante. "Les agriculteurs de Béja et de la localité de Mateur, à Bizerte ont subi d’énormes pertes, suite à l’importation des graines de tournesol blanches. Les superficies cultivées en tournesols ont drastiquement baissé de 24.000 hectares, à seulement 4000 hectares et les jours de travail ont chuté de 96%, passant de 180 mille à 6000 jours" a indiqué Naceur Amdouni, céréaliculteur dans la région de Béja et également président de l’Union Régionale de l’Agriculture et de la Pêche (URAP).

Selon l’expert économiste Moez Joudi, la Tunisie importe pour 40 milliards de millimes de glibettes blanches produites en Turquie.

La Tunisie importe, aussi de la Turquie des vêtements, des produits d’hygiène, des presses à huile, des filets anti-grêle….autant de marchandises "made in Turkey", qui ont largement trouvé leur place sur les étalages des marchés tunisiens.

En effet, les deux pays ont signé, en novembre 2004, un accord relatif à la création d'une zone de libre échange. Cet accord, entré en vigueur en juillet 2005, a permis un échange commercial d'une valeur de 1 milliard de dollars. Aujourd’hui, le déficit commercial avec ce pays est l’un des plus élevés. Selon l’Institut National de la Statistique (INS), le déficit s'est aggravé, au cours des 5 premiers mois de 2017, avec la Turquie, pour atteindre 817,2 millions de dinars.

Récemment, le conseil de partenariat Tuniso-turc a envisagé d'augmenter les frais de douane pour l'importation de produits turcs. La question du poids des importations turques demeure un sujet sensible en Tunisie notamment du fait de leur impact sur la balance commerciale déficitaire du pays.

LIRE AUSSI:Tunisie-Marchandises turques: Les commerçants en profitent, l'industrie et l'agriculture en pâtissent

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.