Les avocats de Tariq Ramadan dénoncent "un déferlement médiatique"

Publication: Mis à jour:
TARIQ RAMADAN
Author Tariq Ramadan talks with a journalist after a conference at the Er-Rahma mosque in Nantes, western France, April 25, 2010. Ramadan, a Swiss citizen of Egyptian origin who was born in Switzerland, has written extensively on Western Muslims and on Islam. He is president of the thinktank European Muslim Network in Brussels and teaches at Britain's Oxford University. REUTERS/Stephane Mahe (FRANCE - Tags: RELIGION PROFILE) | Stephane Mahe / Reuters
Imprimer

JUSTICE - L'affaire Tariq Ramadan continue de déchaîner les passions de l'autre côté de la Méditerranée. Après la plainte déposée contre Henda Ayari pour "dénonciation calomnieuse", les avocats de l'intéressé contre-attaquent et dénoncent un acharnement médiatique sur leur client.

Dans un communiqué transmis à l'AFP ce mercredi matin, Me Yassine Bouzrou et Me Julie Granier dénoncent un "déferlement médiatique" auquel ils auraient prié leur client de ne pas répondre. Accablé récemment par deux plaintes pour viol, agressions sexuelles et menaces de mort (une troisième victime par ailleurs se réserve à témoigner), l'islamologue égyptien serait la cible de plusieurs attaques des médias francophones.

"Le temps médiatique n'est pas celui de la justice et en aucune façon, le premier ne doit ni ne peut s'imposer au second. Nous lui avons donc expressément demandé [à Tariq Ramadan] de ne pas s'exprimer en retour", auraient-ils souligné.

Tariq Ramadan, qui s'était exprimé il y a quelques jours sur son compte Facebook, avait accusé ses "ennemis de toujours" de mener "une campagne de calomnies" à son encontre et d'avoir "enclenché une machine à mensonge".

Ses avocats menacent également d'engager d'autres actions judiciaires "contre tous ceux qui bafouent la présomption d'innocence" de leur client, rappelant que celle-ci s'applique à tous et que la justice seule est amenée à délibérer sur cette affaire.

LIRE AUSSI: