Attentat de New York: le suspect aurait prêté allégeance à Daesh

Publication: Mis à jour:
NEW YORK ATTENTAT
twitter / Rhygos
Imprimer

ATTENTAT - La soirée d'Halloween a tourné au cauchemar à New York dans la soirée du mardi 31 octobre. Une attaque au camion bélier a fait huit morts et une douzaine de blessés et est le premier attentat meurtrier dans la ville depuis le 11 septembre 2001. D'après les autorités locales, l'auteur de cet acte terroriste a laissé une note dans laquelle il écrit l'avoir "fait pour l'EI" (Etat Islamique).

Les autorités ne se sont pas encore prononcées de manière officielle sur l'identité du suspect, mais l'homme aurait été identifié par certains média américains: Sayfullo Saipov, 29 ans et originaire d'Ouzbékistan. Inconnu des services de renseignement américains, il n'avait aucun antécédent judiciaire hormis quelques contraventions pour infractions au code de la route, toujours selon les médias.

En 2010, il quitte l'Ouzbékistan et s'envole pour les États-Unis. Il s'installe à Tampa en Floride avant de partir quelques temps après pour le New-Jersey où il vivait, dans la ville de Paterson et travaillait comme chauffeur de camion puis chauffeur Uber. Le suspect se serait marié et 2013 et aurait deux enfants. D'après des connaissances du suspect, il menait une existence paisible et était fier de vivre aux Etats-Unis.

sayfullo saipov

Ce mardi, Sayfullo Saipov, au volant d’un camion pick-up loué, a foncé à contresens sur une piste cyclable dans le quartier de Tribeca, au centre de New-York. Il a renversé au passage plusieurs piétons et cyclistes sur plus de 1,5 kilomètres avant de percuter un bus de transport scolaire. Il est alors descendu de son camion et a brandi un pistolet à plomb et un fusil de paintball avant d'être neutralisé par des tirs de la police et d'être interpellé.

Allégeance à Daesh

Les chaines de télévision américaines ont diffusé en boucle des images de l'attaque, montrant plusieurs vélos écrasés ainsi que le camion immobilisé et complètement défoncé par la violence des chocs.

Lors d’une conférence de presse, le Maire de New York, Bill De Blasio, a qualifié l’incident d’"acte particulièrement lâche de terrorisme contre des civils innocents". D'autre part, le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, indique que le suspect semble avoir agi seul et qu'il n'y a pas pour l'instant pas d'indices qui laisseraient indiquer d'autres menaces visant la ville.

Actuellement hospitalisé dans un hôpital de la ville, il devrait être interrogé par les enquêteurs du FBI. Des témoins ont par ailleurs raconté que l'homme aurait crié "Allah Akbar" avant d’abandonner son véhicule. La note retrouvée dans le pick-up prêtait allégeance à Daesh mais aucun lien n'aurait été établi avec l'Etat islamique pour l'instant par les enquêteurs.

Le président américain Donald Trump a immédiatement réagi sur son compte Twitter, évoquant d'abord une attaque commise par un "homme dérangé" puis poursuit par un second tweet où il évoque Daesh et ordonne un contrôle des frontières. "Nous ne devons pas permettre à Daesh de revenir ou d’entrer dans notre pays après les avoirs vaincus au Moyen-Orient et ailleurs. Assez !", a-t-il tweeté.

LIRE AUSSI: