Manhattan: l'auteur de l'attentat, Sayfullo Saipov, est un Ouzbek arrivé aux Etats-Unis en 2010

Publication: Mis à jour:
MANHATTAN
Andrew Kelly / Reuters
Imprimer

NEW YORK - Le chauffeur d'une camionnette a fauché des cyclistes et des passants mardi 31 octobre à Manhattan, faisant huit morts dont six étrangers et 11 blessés, dans le premier attentat meurtrier à New York depuis 2001. Parmi les huit personnes décédées figurent cinq Argentins et une Belge,

L'identité du suspect n'a pas été diffusée par les autorités, la police indiquant simplement qu'il avait 29 ans et qu'elle ne recherchait pas d'autre suspect.

Cependant, selon plusieurs médias américains, il s'agirait de Sayfullo Saipov, un Ouzbek, arrivé aux Etats-Unis en 2010, habitant dans le New Jersey, où la camionnette avait été louée. Il disposait d'un titre de séjour permanent, la "carte verte", et travaillait comme chauffeur pour Uber, selon le New York Times, qui précise qu'il avait déjà "été sous le radar" de la police.

Allégeance à l'État islamique

The Guardian est entré en contact avec une connaissance du suspect, Dilfuza Iskhakova, qui vivait à Cincinnati, en Ohio. Celle-ci a déclaré que Sayfullo Saïpov était restée en contact avec elle pendant plusieurs mois environ, six ans après son arrivée d'Ouzbékistan. "Il semblait être un mec sympa, mais il ne parlait pas beaucoup, a-t-elle témoigné, il allait juste travailler et il revenait. Il travaillait dans un entrepôt".

Dilfuza Iskhakova a également expliqué que sa famille avait perdu contact avec Saïpov ces dernières années et elle pensait qu'il avait déménagé de l'Ohio en Floride, puis dans la région de New York et qu'il avait maintenant une femme et deux jeunes enfants.

En effet, une licence de mariage enregistrée dans le comté de Summit, dans l'Ohio, atteste qu'un Sayfulloh Saipov a épousé Nozima Odilova, 19 ans, en 2013. Tous deux ont donné naissance à un enfant, rapporte The Guardian.

Lors de l'attaque, le suspect a crié "Allahu Akbar", selon les témoins. À l'intérieur du camion de location qui a servi à l'attentat, les enquêteurs ont trouvé une note manuscrite dans laquelle Saïpov déclarait son allégeance à l'État islamique, selon des responsables, rapporte Le Washington Post. Pour Dilfuza Iskhakova, rien n'indiquait qu'il était religieux lorsqu'ils se côtoyaient.

La police a ouvert le feu sur le suspect après qu'il a émergé du camion en brandissant deux armes. Ce n'est qu'après coup que les policiers ont découvert qu'il ne s'agissait en fait que d'un pistolet à plomb et d'un arme de paintball. La police a indiqué qu'il avait été touché par balle au ventre et hospitalisé. Selon plusieurs médias, il aurait été opéré dans la soirée et son pronostic vital ne serait pas engagé.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.