"Lire pour grandir" et d'autres activités de la BNRM suspendues pour "restructuration de l'institution"

Publication: Mis à jour:
LIRE POUR GRANDIR
Lire pour grandir/Facebook
Imprimer

CULTURE - Un rendez-vous hebdomadaire très attendu par les petits r’batis a été suspendu depuis maintenant trois semaines. Les séances de lecture gratuites de “Lire pour grandir”, qui réunissaient chaque dimanche et depuis trois ans plus d’une vingtaine d’enfants et de parents dans le hall de la Bibliothèque nationale du royaume du Maroc (BNRM), n’a toujours pas repris ses activités pour la rentrée scolaire 2017, initialement prévue le 15 octobre.

Nadia Essalmi, initiatrice du projet et directrice de Yomad, maison d'édition marocaine spécialisée dans la littérature jeunesse, raconte au HuffPost Maroc: "Quand j’ai appelé l’ancien directeur par interim, il m’a dit qu’il avait quitté son poste et que le nouveau directeur, par interim aussi, avait tout arrêté jusqu’à nouvel ordre.”

Depuis le 27 septembre 2017, le directeur de la communication et des relations publiques au ministère de la Culture et de la communication, Abdelilah Tahani, a été provisoirement nommé à la tête de la BNRM tout en poursuivant ses fonctions au sein du ministère.

Nadia Essalmi n’a pas pu avoir d’explication de la part de Abdelilah Tahani concernant la suspension de son activité, même après plusieurs tentatives. “J’ai contacté son secrétariat, j’ai envoyé des emails, j’ai même essayé de lui parlé pendant un événement qui était organisé à la bibliothèque, mais je reçois toujours la même réponse: on vous rappellera”, s’indigne-t-elle.

Refonte et restructuration

“Lire pour grandir” n’est cependant pas la seule activité à ne pas avoir repris son cours normal pour la rentrée. D’autres rencontres hebdomadaires organisées par la bibliothèque, telles que le programme de rencontres autour du livre "Vivement vendredi", ont subi le même sort. Pour la BNRM, "c’est tout à fait normal".

“La bibliothèque nationale a été en pleine transition pendant toute une année, il y a donc une nouvelle direction et nous sommes en train de revoir la ligne éditoriale”, explique au HuffPost Maroc une responsable à la BNRM. “On doit juste revoir la convention avec les organisateurs de 'Lire pour grandir'. C’est juste une question de procédure", rassure-t-elle.

“Nous sommes en train de mettre en place une stratégie qui va revoir et restructurer les conventions qui nous lient”, souligne-t-elle. “C’est une institution culturelle qui peut elle aussi passer par des moments comme celui-là. Nous avons des problèmes beaucoup plus sérieux que la programmation culturelle”, indique-t-elle sans donner plus de détails.

La responsable déclare qu’aucune activité n’est visée et qu’il s’agit d’une simple refonte. “Nous sommes en train de tout restructurer et nous comptons sur la bonne foi de nos partenaires pour nous donner le temps de revoir les choses tranquillement pour reprendre sur de nouvelles bases”, déclare la responsable.

Pour sa part, Nadia Essalmi reste déterminée à offrir aux enfants la chance de se réunir autour des contes pour leur faire aimer la lecture, et leur donne donc rendez-vous, malgré la suspension de son activité, ce dimanche devant la BNRM. “Ça sera comme ce que l’on fait habituellement quand il fait beau”, dit-elle.

L'initiative a déjà séduit neuf autres villes du royaume comme Casablanca, où "Lire pour grandir" se tient au centre culturel Les étoiles de Sidi Moumen, ou encore plus récemment Al Hajeb, qui a accueilli sa toute première séance dimanche 29 octobre.

LIRE AUSSI: