Wided Bouchamaoui et l'égalité homme/femme: Son discours à la Conférence des femmes de la Francophonie à Bucarest

Publication: Mis à jour:
WIDED BOUCHAMAOUI
President of the Tunisian Confederation of Industry, Trade and Handicrafts Wided Bouchamaoui speaks during the Nobel Peace Prize award ceremony in Oslo, Norway, December 10, 2015. The Nobel Peace Prize was awarded to four civil society groups, who led Tunisia's transition to democracy, though the country has now been plunged into a state of emergency as it battles the threat of jihadism. AFP PHOTO / POOL NTB SCANPIX / CORNELIUS POPPE / AFP / POOL NTB SCANPIX / CORNELIUS POPPE (Photo c | CORNELIUS POPPE/AFP/Getty Images
Imprimer

Présidente de l’UTICA et prix Nobel de la Paix 2015 avec le quartet du dialogue national, Wided Bouchamaoui a été l'invitée de la "Conférence des Femmes de la Francophonie", qui a eu lieu les 1er et 2 novembre 2017 à Bucarest, en Roumanie.

Sous le signe "Elles s'imposent", la conférence a réuni plus de 450 invités, opérant dans différents domaines, entrepreneurs, experts en économie ou encore des ministres. Tous mobilisés autour d'une vision, l'égalité entre hommes et femmes. Un événement qui a permis l'échange et le partage entre plusieurs acteurs de différents pays, en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes dans le domaine économique.

Leader dans son domaine, Wided Bouchamaoui a tenu un discours lors de la première journée de la conférence. Elle y retrace l'expérience tunisienne quant aux droits des femmes, depuis l'adoption du statut personnel en 1956 à l’adoption de la constitution de 2014, apprend-t-on dans un communiqué de l'UTICA, affirmant ainsi l'engagement de la Tunisie pour l'égalité entre les deux sexes.

Selon elle, cette égalité "Ne peut se réaliser sans une volonté politique certaine garantissant une égalité de chance pour tous et une égalité de traitement pour chacun afin de libérer toutes les énergies", lit-on dans le communiqué publié par l'UTICA.

Bouchamaoui a ensuite mis en avant les "profondes et fondamentales réformes sociales qu’impliquait l’égalité homme/femme et ce droit des femmes tunisiennes demeure, et demeura, le socle majeur de nos acquis même si les mentalités ne suivent pas toujours..."

"Rien n’est facile, rien n’est acquis d’avance mais tout devient possible dès lors qu’on accepte d’assumer la responsabilité: Les femmes en sont non seulement capables, mais apporteront une valeur ajoutée certaine", a-t-elle conclu.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.