Stratégie pour les jeunes: El Othmani peine à convaincre les députés

Publication: Mis à jour:
OTHMANI
Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

PARLEMENT - Des jeunes désœuvrés qui passent leurs journées dans les cafés, d’autres qui croulent sous le poids des dettes parce qu’ils ont cru à l’auto-emploi, tandis que plusieurs cherchent à quitter leur pays, même sur une patera… Le PAM décrit le "désespoir de la jeunesse marocaine" au chef du gouvernement, Saad-Eddine El Otmani, invité ce lundi à répondre aux questions de la politique générale du gouvernement à la Chambre des représentants. Venu présenter la stratégie de son gouvernement pour la jeunesse, il s’est retrouvé face à de nombreuses critiques. Les députés de l’opposition et de la majorité ont été unanimes à dresser un état des lieux des plus "désastreux" de la situation de la jeunesse marocaine. Ils ont accusé le gouvernement de tarder à réagir et de se contenter d’"annonces" et de "slogans", au lieu de mettre en place des mesures concrètes.

"Faux !", réplique le chef du gouvernement: "Ce que je suis venu vous présenter concerne des programmes d’action et non des slogans. Il faut nous juger sur ce que nous ferons". Le gouvernement a élaboré une politique nationale dont les grandes lignes ont été présentées, jeudi dernier, par le ministre de la Jeunesse et des sports, Rachid Talbi Alami, lors du conseil de gouvernement. Pour El Othmani, les mesures qu’elle propose sont à même de répondre aux attentes des jeunes. Et parmi les plus urgentes figurent en tête l’écoute et la communication. "Nous devons connaitre les attentes des jeunes", indique le chef du gouvernement convaincu que la parole des jeunes saura mieux guider la stratégie nationale.

"Nous allons lancer un dialogue national avec les élus, les syndicats, les associations et les jeunesses des partis pour que chaque partie apporte son eau au moulin", annonce avec enthousiasme le chef du gouvernement soulignant que la finalisation de cette stratégie est prévue pour début 2018.

Pour El Othmani, ce dialogue est aussi un appel à la mobilisation générale. Et dans celle-ci, les régions devront jouer un rôle majeur. "Nous voulons que les régions soient actrices dans ce chantier. Nous avons prévu de leur soumettre une charte jeunesse", indique le chef du gouvernement. Cette charte consiste à mettre en place un contrat gouvernement/région visant à "améliorer l’offre publique destinée aux jeunes au niveau local". Il s’agira donc de "décentraliser les emplois publics". "Nous allons nous concentrer, ici, sur la formation, l’emploi et l’animation socio-culturelle", explique El Othmani.

Trois clés pour faire face à un constat que le chef du gouvernement qualifie de regrettable: "plus de six millions de jeunes sans activité ni formation. Nous avons décidé d’augmenter la capacité d’accueil dans certains établissements de l’enseignement supérieur comme la médecine et la gestion de 20% à partir de cette rentrée 2017-2018", annonce le chef du gouvernement. Et d’ajouter que des efforts seront également consentis dans le domaine de la formation professionnelle. "Nous avions permis aux bacheliers inscrits dans les branches de la formation professionnelles de profiter de la bourse estudiantine. Ils sont près de 70.000 inscrits à bénéficier de cette bourse dont le budget global est estimé à 400 millions de dirhams", précise El Othmani.

Autre mesure pour promouvoir l’éducation et la formation des jeunes: l’assurance maladie obligatoire. "C’est une mesure dont l’application avait été limitée. Mais, à présent, elle sera généralisée à 280.000 étudiants universitaires. Ce programme est d’un montant global de 110 millions de dirhams", affirme-t-il.

Les enseignants contractuels embauchés récemment par le ministère de l’Education nationale représentent, aussi, pour le chef du gouvernement, un bon exemple. "Au total, ce programme concerne 55.000 postes. C’est plus que l’Etat offre à travers tous les secteurs publics", fait-il remarquer.

Au volet loisirs, El Othmani promet de réformer les structures d’animation socio-culturelles. "Nous disposons d’un programme pour remettre à neuf les maisons de jeunes et en faire un carrefour de l’information destinée aux jeunes", assure-t-il. Dans ce programme, figure également l’objectif d’augmenter le nombre des complexes sportifs de proximité. "Nous disposons de 376, actuellement. En 2018, nous avons prévu la création de 800 autres", signale-t-il.

Des exemples qui, aux yeux du chef du gouvernement, témoignent de "la dynamique" de son gouvernement engagé à offrir un meilleur avenir pour les jeunes. Toutefois, face à l’auto-emploi des jeunes, El Othmani avoue l’échec du programme "Moukawali". "Le gouvernement s’est engagé à promouvoir l’auto-emploi. Nous avons appris beaucoup des failles de Moukawalati", dit-il, promettant d'y remédier.

LIRE AUSSI: