En soutien à Madrid, le Maroc annonce ne pas reconnaître l'indépendance de la Catalogne

Publication: Mis à jour:
BARCELONA
People react while the Catalan regional parliament votes for independence of Catalonia from Spain in Barcelona, Spain October 27, 2017. REUTERS/Yves Herman | Yves Herman / Reuters
Imprimer

CATALOGNE- "En ces circonstances particulières que traverse l’Espagne voisine, le Royaume du Maroc apporte son plein soutien au Gouvernement espagnol, en vue d’assurer le respect de la constitution, et préserver l’unité nationale et la souveraineté du pays", indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale (MAECI), alors que la Catalogne a annoncé hier son indépendance.

"Le Royaume du Maroc, qui fait face lui-même et depuis plusieurs années, à une menace séparatiste, ne reconnait pas et ne reconnaitra pas à l’avenir, la déclaration unilatérale d’indépendance de la Catalogne, indique vendredi un communiqué du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale (MAECI), soulignant que le Maroc comprend la réaction des autorités espagnoles et exprime son entière solidarité avec elles", ajoute la même source.

Le département de Nasser Bourita s'était déjà fendu le 11 octobre dernier d'un communiqué assurant Madrid du soutien du Maroc, et dans lequel le MAECI s'exprimait ainsi pour la première fois sur les velléités indépendantistes catalanes. "Le royaume du Maroc, fidèle comme il l’a toujours été au respect des principes du droit international, rejette le processus unilatéral d’indépendance de la Catalogne, et exprime son attachement à la souveraineté, à l’unité nationale et à l’intégrité territoriale du royaume d’Espagne", indiquait ainsi le communiqué du ministère, regrettant par ailleurs dans le même texte le risque d'"instabilité et de division non seulement en Espagne, mais dans tout son voisinage européen".

Vendredi 27 octobre, le parlement de Catalogne a adopté une résolution déclarant que la région devient un "État indépendant prenant la forme d'une République", alors même que le gouvernement central de Madrid a autorisé la mise sous tutelle de la région. L'Union Européenne, représentant 28 États membres, avait immédiatement annoncé son soutien à Madrid par la voix de Donald Tusk, président du Conseil de l'UE, affirmant que l'Espagne resterait "la seule interlocutrice" de l'Union européenne. De la même manière, les États-Unis ont aussi déclaré vendredi soutenir "l'unité" de l'Espagne.

LIRE AUSSI: