Comment enlever un maximum de pesticides de vos pommes, selon la science

Publication: Mis à jour:
APPLE
YelenaYemchuk via Getty Images
Imprimer

ALIMENTATION - Les fruits et légumes ne sont pas tous égaux face aux pesticides. On sait par exemple que l'on trouve, en moyenne, beaucoup de résidus sur les pommes. On dit alors souvent qu'il faut rincer ces fruits avant de les manger.

Mais il y a plus efficace: les faire tremper dans un mélange d'eau et de bicarbonate de soude. C'est en tout cas la conclusion d'une étude publiée ce mercredi 25 octobre dans le Journal of Agricultural and food chemistry, rapporte le Consumer Report.

Les chercheurs ont acheté des pommes Gala bio et les ont aspergées de deux des nombreux pesticides régulièrement utilisés pour traiter ces fruits. Ils ont ensuite lavé les pommes avec trois techniques: un mélange d'eau et de javel (utilisé aux Etats-Unis pour laver les pommes avant de les vendre), de l'eau du robinet et un mélange d'eau et de bicarbonate de soude (1%). Elles étaient ensuite rincées à l'eau claire.

Une cuillère de bicarbonate de soude

Résultat? Après deux minutes, le mélange avec bicarbonate de soude enlève plus de pesticide que les deux autres méthodes, rapporte Quartz. Mais pour vraiment retirer tous les résidus de pesticides, il faut laisser tremper les pommes au moins 15 minutes. A ce moment, seule une toute petite partie des produits reste sur la pomme, après avoir pénétré la peau.

Certes, seuls deux pesticides ont été testés, mais l'auteur de l'étude estime que si vous voulez être sûr d'enlever un maximum de produits chimiques, il faut rajouter une cuillère à café de bicarbonate de soude pour 500 ml d'eau pour laver vos pommes. Ou bien éplucher la pomme, mais vous perdrez une partie des fibres et vitamines.

Pour rappel, tous ces pesticides sont encadrés par de nombreuses normes, comme le précise un article de La Croix. Les doses maximales autorisées sont en moyenne 100 fois inférieures aux doses à partir desquelles des symptômes pourraient survenir. Pour autant, la question de leur impact sur la santé, surtout chez les femmes enceintes et les enfants, continue de faire débat dans la communauté scientifique.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.