Le Niger "préoccupé" par le "rapatriement massif" de ses ressortissants par Alger

Publication: Mis à jour:
MIGRANTS ALGERIA
A Sub-Saharan woman does some washing-up at the bottom of a makeshift building, where she lives with other fellow migrants in impoverished conditions, on May 29, 2016, in the capital Algiers. In the past, Algeria was a land of emigration, millions of its citizens exiled to France, but in recent years it has become a destination country for many West Africans. Nigerians, Malians, Cameroonians, brave the horrors of the Sahara to find refuge in the largest country in Africa, as the crossing to Eur | FAROUK BATICHE via Getty Images
Imprimer

Le Niger a exprimé ce samedi 28 octobre 2017 sa "préoccupation" après les "rapatriements massifs" par l'Algérie de plusieurs milliers de ses ressortissants, dont de nombreux y vivant en situation irrégulière.

"Plus 20.000 Nigériens ont été rapatriés d'Algérie sur quatre ans (...) je dois vous dire que c'est une préoccupation importante pour nous et nous l'avons fait savoir aux autorités algériennes", a affirmé aujourd'hui le ministre nigérien des Affaires étrangères Ibrahim Yacouba devant les députés.

M. Yacouba a expliqué que les deux Etats voisins "vont continuer à avoir un dialogue" afin de "définir un cadre plus précis pour gérer cette migration".

"Nous avons plaidé" pour qu'une catégorie de migrants, notamment "les acteurs économiques" et ceux qui vont pour "travailler" soient "épargnés", a-t-il précisé, cité par l'Agence France Presse (AFP).

Niamey a néanmoins obtenu "l'arrêt" des refoulements des migrants d'autres nationalités, d'Algérie via son territoire, selon le ministre.

En septembre, l'Algérie a rapatrié vers le Niger un millier de migrants, à majorité des ressortissants de ce pays mais également une dizaine de Nigérians et Soudanais, en situation irrégulière.

Les premières opérations avaient commencé en 2015 par le rapatriement 3.000 Nigériens dont 76% d'enfants.

Le gouvernement nigérien avait alors annoncé avoir entrepris ces opérations "en concertation avec les autorités algériennes" en vue de rapatrier ses ressortissants "vivant en situation de vulnérabilité extrême et sans emplois en Algérie". En Algérie, ces migrants "vivent malheureusement de la mendicité", avait expliqué le Premier ministre nigérien Brigi Rafini.

L'Algérie, qui partage 956 kilomètres de frontière avec le Niger, est devenue une destination privilégiée pour les migrants subsahariens.

LIRE AUSSI: "Les Maliens sont dans des conteneurs à Tamanrasset. Leurs représentants consulaires empêchés de les voir"