Cellule terroriste démantelée à Fès: 13 personnes incarcérées à la prison locale de Salé

Publication: Mis à jour:
PRISON MOROCCO SALE
Suspects arrive for a trial in Sale, near Rabat June 29, 2007. Over 50 suspected members of extremist Islamist group Ansar al Mehdi are being tried in a mass trial for planning to overthrow Morocco's monarchy and establish an Islamic republic . REUTERS/Rafael Marchante (MOROCCO) | Rafael Marchante / Reuters
Imprimer

TERRORISME - Le juge d’instruction chargé des affaires du terrorisme près l’annexe de la Cour d’appel à Salé a ordonné la mise en détention, à la prison locale de Salé, de 13 membres d’une cellule qui projetaient de commettre des actes terroristes, suite à leur audition dans le cadre de l’interrogatoire préliminaire.

Les mis en cause ont été déférés jeudi dernier devant le procureur général du Roi près la Cour d’appel à Rabat. Ils sont poursuivis pour "association en vue de préparer ou de commettre des actes de terrorisme dans le cadre d’une entreprise collective ayant pour but l'atteinte grave à l'ordre public par l'intimidation, la terreur ou la violence, détention d'armes à feu et de munitions, apologie d'actes constituant des infractions de terrorisme, présentation de contribution pécuniaire à l’auteur d'un acte terroriste, non dénonciation d’une infraction de terrorisme, tenue de réunions publiques sans autorisation préalable et exercice d’activités au sein d’une association non autorisée", chacun en ce qui le concerne, a affirmé, vendredi, une source judiciaire, rapporte la MAP.

Le Bureau central d’investigations judiciaires, relevant de la direction générale de la surveillance du territoire national, a réussi à avorter un plan terroriste, par le démantèlement, le 14 octobre, d’une cellule terroriste composée de partisans de Daech qui s’activent à Fès, Meknès, Khouribga, Casablanca, Zaouiat Cheikh, Sidi Bennour, Demnate et Sidi Hrazem.

Selon un communiqué du ministère de l’Intérieur, cette opération a permis l’arrestation du cerveau de ce réseau terroriste et un de ses partenaires à Fès, où il a été procédé à la saisie, notamment, d'armes à feu (trois pistolets et deux fusils de chasse), d'une quantité importante de munitions, de petites bonbonnes de gaz butane, de bombes lacrymogènes, d'une grande quantité de liquide suspect, de produits chimiques susceptibles d’être utilisés dans la préparation des explosifs et de deux gilets destinés à la fabrication de ceintures explosives.

Les membres de cette cellule, souligne la même source, avaient planifié des opérations terroristes très dangereuses qui devaient prendre pour cible des sites sensibles, notamment le siège du Parlement à Rabat, celui de la chaîne de télévision 2M à Casablanca, ainsi que des centres commerciaux et des casernes de gendarmerie, à l’instigation de coordonnateurs d’une des branches de Daech. L’aspect dangereux de cette cellule réside dans la grande expertise accumulée par l’un de ses membres dans la fabrication d’explosifs et d'engins piégés, conclut la dépêche.

LIRE AUSSI: