Cinemed: "Les bienheureux": le sont-ils vraiment?

Publication: Mis à jour:
LES BIENHEUREUX
Sofia Djama
Imprimer

Dans "Les bienheureux", Sofia Djama nous plonge dans Alger, quelques années après la guerre civile. Amal et Samir ont décidé de fêter leur 20e anniversaire de mariage au restaurant. Pendant leur trajet, tous deux évoquent leur Algérie : Amal, à travers la perte de ses illusions, Samir par la nécessité de s’en accommoder. Au même moment, Fahim, leur fils, et ses deux amis, Feriel et Réda, errent dans une Algérie qui se referme peu à peu sur elle-même.

En prenant pour prétexte les 20 ans de mariage de ce couple (1988 – 2008), Sofia Djama expose un conflit des générations : un conflit entre ceux qui ont vu leurs espoirs et rêves s’évanouir au lendemain des manifestations d’octobre 1988 en Algérie, et la génération plus jeune, en pleine désillusion, en rupture avec leurs ainés. Pour Sofia Djama, cette désillusion est née de "l’absence d’une transmission sereine de l’héritage d’une génération à une autre".

La jeune Feriel, rescapée d’un massacre durant la décennie noire, porte sur son cou une cicatrice comme un fardeau. Cette cicatrice lui rappelle un héritage auquel elle n’était guère préparée. En la cachant, Feriel veut avancer et se débarrasser de cet héritage qui pèse bien trop lourd.

Son ami Fahim doit faire face, lui, à un dilemme : il hésite entre quitter l’Algérie pour entamer des études à l’étranger ou rester après de ses parents.

Réda, quant à lui, fume un joint et s’extasie en écoutant un récit coranique. Il ne sait pas bien quoi faire de sa vie, en totale confusion.

Dans "Les bienheureux", toutes les histoires se déroulent dans des espaces clos : les parents dans leur chambre, les trois amis dans un "diki". Dans cet espace de débauche, la jeunesse se permet tout.

Le rythme de la narration est, par ailleurs, un peu rapide. Ce qui ne facilite pas la (re)contextualisation des évènements racontés en amont : le soulèvement populaire en octobre 88, la décennie noir.

Pour écrire le scénario des "Bienheureux", Sofia Djama s’est inspirée d’une nouvelle qu’elle a écrite en 2008. Ce long-métrage sortira en salles à partir du 13 décembre prochain.

A l'occasion du Cinemed, le HuffPost Algérie publie, conjointement avec d'autres publications, les articles de couvertures d'étudiants en journalisme, accueillis par le festival à Montpellier.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...