Une association tunisienne se revendiquant de l'athéisme et de la laïcité officiellement créée. Interview avec son président

Publication: Mis à jour:
SECULARISM TUNISIA
Demonstrators protest on Habib Bourguiba Avenue in Tunis on February 19, 2011, to demand a secular state following the murder of a Polish priest, verbal attacks on Jews and an attempt by Islamists to set fire to a brothel. The banner reads: 'Freedom, democraty, secularism in Tunisia'. AFP PHOTO / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images) | FETHI BELAID via Getty Images
Imprimer

Le mercredi 25 octobre 2017, l'Association des libres penseurs (ALP), se revendiquant de l'athéisme et de la laïcité a été officiellement créée, a annoncé au HuffPost Tunisie son président Hatem Limam. Ce dernier a expliqué que les membres de l'association sont actifs depuis 2016 mais que les autorités ont fait traîner la demande d'autorisation en exigeant à chaque fois des modifications formelles. Le président de l'Association des libres penseurs (ALP) a révélé au HuffPost Tunisie les objectifs de son association. (Interview)

HuffPost Tunisie:Comment vous décrivez votre association? Se revendiquer à la fois de l'athéisme et de la laïcité prête à confusion entre ces deux concepts différents, qu'en pensez-vous?

Hatem Limam: Nous sommes une association qui revendique d'abord la laïcité intégrale à la fois au niveau de l'État mais aussi de la société. Entre la laïcité et l'athéisme, il y a des principes communs comme la neutralité religieuses, la liberté de croyance et de conscience, etc. Nous aspirons ainsi à la neutralité religieuse à tous les niveaux. Nous n'avons pas de problèmes avec les gens attachés à leur religion mais nous exigeons un respect mutuel et une reconnaissance des droits des minorités religieuses et et des areligieux tels que les athées.

Alors que les partis politiques et les associations qui revendiquaient la laïcité se taisent aujourd'hui et n'osent plus le faire, nous, on assume cette référence et nous tendons à ouvrir un débat public sur cette question.

Quels sont les objectifs de votre association?

Nous défendrons les droit des victimes de la pensée libre en général. Nous appelons à séparer la religion de l'État, à neutraliser l'espace public plus globalement. Nous voulons par exemple supprimer la matière "éducation religieuse" des programmes de l'enseignement national afin de laisser à l'enfant le libre choix de ses croyances.

Nous aspirons à abroger tous les textes juridiques discriminatoires envers les areligieux comme ceux sur la fermeture des cafés lors du mois de ramadan... . Nous encouragerons également la création artistique libre.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.