Al Hoceima: les autorités interdisent les manifestations en mémoire de Mohcine Fikri

Publication: Mis à jour:
HOCEIMA MOROCCO
Manifestation à Al Hoceima, le 3 juin 2017. | Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

HIRAK - Le Hirak du Rif n'a pas dit son dernier mot. Un an après la mort de Mouhcine Fikri à Al Hoceima, des appels à manifester en sa mémoire et pour demander la libération des détenus du Hirak ont été lancés sur la toile. Mais les autorités provinciales ont d'ores et déjà interdit ces manifestations.

"Des appels émanant de sources anonymes et d'autres de l'extérieur de la province ont été lancés ces derniers jours sur les réseaux sociaux appelant l'ensemble des citoyens à participer à des manifestations les 27 et 28 octobre", indiquent les autorités provinciales dans un communiqué publié jeudi.

Selon elles, ces appels à manifester, qui interviennent "après le retour de la sécurité et de la quiétude" dans la région, "n'ont pas respecté les procédures légales en vigueur" et créent "un climat de tension susceptible d'impacter négativement les intérêts des citoyens et l'ordre public".

"Toutes les manifestations dans les lieux publics les 27 et 28 octobre" sont ainsi interdites, conclut la même source.

De son côté, le père de Mouhcine Fikri s'est également exprimé dans un communiqué, rejetant "catégoriquement" l'exploitation du décès de son fils pour appeler et inciter les populations à manifester ce samedi.

Le jeune rifain Elmortada Iamrachen, militant du Hirak qui avait été arrêté puis relâché en juin dernier pendant les manifestations, a quant à lui conseillé aux habitants de la région "de se conformer à la décision du ministère de l'Intérieur, même si pour nous elle représente peut-être une violation", écrit-il sur sa page Facebook.

"Il ne faut plus qu'il y ait d'autres Imad El Attabi, cela ne serait pas dans notre intérêt", ajoute-t-il, en référence au jeune homme grièvement blessé à la tête par des bombes lacrymogènes lors de la manifestation en soutien aux détenus du Hirak le 20 juillet dernier à Al Hoceima. Il avait ensuite succombé à ses blessures quelques jours plus tard.

Dans un autre post Facebook, Elmortada Iamrachen estime également que le père de Mouhcine Fikri "a le droit de s'exprimer et que personne ne doit lui reprocher cela, c'est une opinion personnelle, personne n'a vécu le drame de la mort autant que son père".

Mouhcine Fikri est mort le 28 octobre 2016 à Al Hoceima, broyé par une benne à ordures après avoir tenté de récupérer sa marchandise de poissons, confisquée et jetée par la police. Sa mort a suscité une vague de contestation qui dure depuis un an, contre la hogra, les problèmes de développement de la région et les multiples arrestations de militants.

Mercredi, suite à la remise du rapport de la Cour des comptes sur les multiples dysfonctionnements qui ont entaché le programme de développement de la région, le roi à démis de ses fonctions trois ministres, un secrétaire d'Etat, le patron de l'ONEE, et privé de fonctions officielles futures cinq anciens ministres.

LIRE AUSSI: Hirak: Un appel à manifester dans tout le Maroc samedi prochain