Tunisie: Suite à différents scandales, la consommation de viande rouge en baisse de 50%

Publication: Mis à jour:
MEAT SHEEP
The man cuts meat of a ram for pilaf. Selective focusing | Anna Usova via Getty Images
Imprimer

Le consommateur tunisien aurait une crainte à l'égard des viandes rouges, traduite par une baisse de moitié de la consommation, telle est la déclaration du directeur de la Chambre nationale des commerçants des viandes et des importateurs, Slaheddine Ferchiou, sur les ondes de Mosaique FM.

Ferchiou a tenu à rassurer les consommateurs de viandes rouges en soulignant que celles-ci sont parfaitement saines et que les mesures d'hygiène, de santé et d'inspection sont régulièrement assurées. Il a également précisé que les ovins et bovins sont régulièrement sujets aux contrôles vétérinaires.

Selon Ferchiou, les quelques cas de "mauvaises viandes" recensées dans le pays représentent des cas isolés, dont la découverte, dit-il, "témoigne du bon travail des services d'inspection".

"90% de la viande sur le marché est saine. Les bovins représentant les 10% restants sont sous la responsabilité des vétérinaires" a-t-il conclu.

Le mois dernier, pendant la période de l'Aid El Kebir, un engraissement douteux d'ovins a suscité l'inquiétude des Tunisiens après qu'ils se sont aperçus avec stupeur que la viande de leur mouton, qu'ils viennent de sacrifier, avait vite fait de tourner au vert, avec des signes de putréfaction. L'histoire de cette "viande verte" avait également touché le Maroc.

Le ministère de l'Agriculture tunisien avait quant à lui appuyé l'hypothèse du non respect des conditions sanitaires d’abattage des bêtes de sacrifice, surtout que la fête de l'Aïd avait coïncidé avec une hausse des températures pouvant être à l'origine de la prolifération des microbes et du changement de couleur de la viande.

Le 13 septembre dernier, l'affaire de la chawarma à base de viande de chat publiée par le journal Al Chourouk avait provoqué un tollé en Tunisie, entrainant un démenti des autorités malgré l'insistance de la journaliste.

Mercredi, 26 tonnes de viande d'âne avariée ont été saisi dans un entrepôt privé. Selon les autorités, cette viande était destinée à l'exportation vers la Chine sur commande d'une société chinoise a affirmé Slaheddine Ferchiou.

Lire aussi
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.