Auditionné par la Justice suisse: Nasser Al-Khelaïfi: "je n'ai rien à cacher"

Publication: Mis à jour:
PSG
Paris Saint-Germain president and beIN Media chief Nasser al-Khelaifi (L) leaves the office of Swiss attorney general offices for a statment after his hearing on the latest World Cup corruption probe, on October 25, 2017 in Bern.Swiss prosecutors grilled Paris Saint-Germain president and beIN Media chief Nasser al-Khelaifi on October 25 over allegations that he obtained World Cup media rights by bribing a top FIFA executive. / AFP PHOTO / Fabrice COFFRINI (Photo credit should read FABRIC | FABRICE COFFRINI via Getty Images
Imprimer

Nasser Al-Khelaïfi a été entendu par la justice suisse ce mercredi à Berne. Le président de beIN Media et du PSG est soupçonné d'avoir corrompu Jérôme Valcke, ex-numéro deux de la Fifa, pour l'attribution des droits de diffusion de deux Coupes du monde. "Je n'ai rien à cacher", a déclaré Nasser Al-Khelaïfi, président de beIN Media et du Paris SG, qui s'exprimait pour la première fois publiquement en marge de son audition. "J'ai demandé à venir en Suisse pour donner mes explications, je suis disponible pour le procureur général s'il veut me revoir, je suis venu tranquille, je repars très tranquille", a simplement déclaré le dirigeant qatari.

Ce proche de l'émir du Qatar était arrivé en toute discrétion mercredi matin, échappant aux caméras qui l'attendaient à l'extérieur. C'était en qualité de patron de beIN Media que le Qatari de 43 ans devait s'expliquer. "Nous avons commencé à interroger le prévenu vers 9 h 45 ce matin dans le bureau du procureur général de Suisse", avait fait savoir André Marty, porte-parole du procureur, à la vingtaine de journalistes, dont l'Agence France-Presse, présents devant le bâtiment. "Cela va prendre des heures, pour des raisons de traduction, mais aussi en raison des nombreuses questions que nous avons et des réponses que nous souhaitons avoir de la part du prévenu", avait poursuivi André Marty, précisant que le président du PSG était arrivé vers 9 h 30.

beIN Sports perquisitionnée

L'affaire a éclaté le 12 octobre, quand la justice suisse a révélé l'ouverture d'une enquête pour "corruption privée" présumée dans l'attribution des droits médias des Coupes du monde 2026 et 2030, visant Al-Khelaïfi, corrupteur présumé, et Valcke, corrompu présumé. Mais ce n'est pas le début de l'histoire. Le ministère public de la Confédération (MPC) a en réalité lancé sa procédure le 20 mars 2017, une enquête qui a conduit à une opération "coordonnée", menée simultanément en France, en Grèce, en Espagne et en Italie. Pour le volet français, le 12 octobre, les bureaux parisiens de la chaîne de télévision qatarie beIN Sports ont été perquisitionnés par les services du Parquet national financier (PNF) français.

Le lendemain, une villa à Porto Cervo, marina de carte postale en Sardaigne, estimée à 7 millions d'euros, a été perquisitionnée et saisie par la police italienne. Cette dernière soupçonne que cette résidence "constitue le moyen de corruption utilisé par Nasser Al-Khelaïfi [...] à l'encontre [de Jérôme Valcke] pour acquérir les droits télévisés" incriminés.

Nasser Al-Khelaïfi ne s'est pas exprimé publiquement jusqu'ici. Me Francis Szpiner, son avocat, avait expliqué mercredi dernier à l'Agence France-Presse que son client "contestait toute corruption" et "souhaitait être rapidement entendu à sa demande par le ministère public de la Confédération suisse".

Les grandes lignes de défense de celui que tout le monde appelle "Nasser" dans le milieu du ballon rond sont néanmoins connues dans les grandes lignes. Son entourage affirme depuis le début que beIN Media n'avait pas de concurrent pour l'acquisition des droits concernés, pour les zones Afrique du Nord et Moyen-Orient. Et un porte-parole du groupe audiovisuel a soutenu à l'Agence France-Presse que le contrat passé était " le plus avantageux possible" pour la Fifa.

"Je n'ai rien reçu de Nasser"

Valcke a déjà été entendu par la justice suisse et s'est également défendu de tout délit ou toute infraction. "Je n'ai rien reçu de Nasser", a clamé dans L'Équipe le Français de 57 ans, déjà suspendu, par la Fifa, pour dix ans de toute activité liée au football, pour d'autres affaires. "Nasser" n'est pas seulement visé par la justice civile suisse. La justice interne de la Fifa a dévoilé le 13 octobre l'ouverture d'une enquête préliminaire concernant le boss de beIN Media.

Une autre instance sportive s'intéresse à lui, pour d'autres motifs cette fois. L'UEFA enquête ainsi depuis la fin du marché des transferts pour savoir si le PSG a enfreint ou non le fair-play financier (FPF). Est visé le recrutement des attaquants Neymar et Kylian Mbappé pour les sommes records de 222 millions d'euros (payés pour le transfert du premier en provenance de Barcelone) et 180 millions d'euros (dans le cadre d'un montage pour un prêt de Monaco).
Le FPF précise qu'un club ne doit pas dépenser plus qu'il ne gagne, même s'il est adossé à un actionnaire/mécène richissime, comme le Qatar, propriétaire du PSG par le biais d'un fonds d'investissement souverain depuis l'été 2011.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Loading...