Des artistes sur les pas de Delacroix à Meknès

Publication: Mis à jour:
DSC01785
Patrick Singh
Imprimer

EXPOSITION - Suivre les pas de Delacroix à Meknès... C'est l'expérience que veut faire vivre aux visiteurs l'Institut français de Meknès dès ce mercredi 25 octobre. "En 1832, Eugène Delacroix découvre le Maroc dans le cadre d’une mission diplomatique française ayant pour finalité la rencontre, à Meknès, du sultan Moulay Abderrahman", explique l'Institut dans un communiqué.

"Pour ne rien perdre de ce voyage initiatique, Delacroix n’a de cesse de dessiner et d’écrire, réalisant ainsi ses Carnets de voyage au Maroc (...). Ce voyage déterminant pour l’œuvre de Delacroix marquera l’histoire de l’art en ouvrant la voie aux orientalistes et au récit graphique" continue la même source.

A partir d'aujourd'hui, sept artistes suivront ainsi les pas du peintre français pour réaliser leur propre "carnet de voyage" de la ville. "Nous avons eu une première édition l'an dernier qui a rencontré un beau succès public", explique auHuffPost Maroc Alain Millot, directeur de l'Institut français de Meknès. "Il y a également eu une inspiration forte de la part des artistes qui ont créé des très belles oeuvres".

Cet événements fait ainsi référence au voyage du peintre dans la ville au 19ème siècle, voyage qui a inspiré à ce dernier son "Carnet de voyage".

patrick singh

Les artistes présents cette année sont Patrick Singh, Bruno Pilorget, Abderrahim Nidalha, Alexandre Eudier, Marto, Alain Burosse et Eric Cartier.

Ils consacreront la première semaine de leur résidence d'artiste à la création artistique, et la seconde sera dédiée au partage avec des étudiants de l’Ecole supérieure des Beaux-Arts de Casablanca, de l’Institut national des Beaux-Arts de Tétouan et de l’Institut spécialisé dans les métiers du cinéma de Ouarzazate. "L'an dernier, nous avons présenté les travaux des étudiants", déclare le directeur de l'Institut français de Meknès. "Cette année aussi leur travail sera mis en avant".

patrick singh

Un des artistes présents l'an dernier fait également son grand retour, Patrick Singh. "C'est un véritable peintre voyageur", explique Alain Millot.

Les artistes ont été choisis pour la diversité de leurs supports, mais aussi leur rapport au voyage: "On les a choisis car ils représentent une grande diversité de supports, certains travaillent dans le domaine du dessin, d'autres de la vidéo, la photo... Nous avons également choisi des artistes qui mettent le voyage au centre de la création artistique. Eric Cartier, par exemple, a dessiné des B.D sur ses voyages. Patrick Singh et Bruno Pilorget ont tous deux remporté des prix à Clermont-Ferrand pour leurs carnets de voyage".

Un soir, trois vernissages

voile

Deux semaines à l'issue desquelles un triple vernissage mettra en lumière les travaux de ces artistes. Ayant eu plus de temps que ses partenaires pour se consacrer à ses oeuvres réalisées sur d'immenses voiles, Patick Singh aura pour lui seul l'espace de la prison de Qara.

"Patrick a été très inspiré par cette prison souterraine, son labyrinthe, qui permettra de mettre en valeur son travail très axé sur le noir et le blanc", explique le directeur de l'Institut français. Ses travaux seront éclairés par la compagnie française Carabosse, qui installera des centaines de bougies pour illuminer ce lieu habituellement si sombre, "une mise en scène assez extraordinaire".

Si cette exposition se déroule jusqu'au 31 décembre, la seconde, qui présentera les travaux des artistes et des étudiants, ne durera que le temps de la soirée et aura lieu au pavillon des Ambassadeurs. Enfin, la dernière oeuvre présentée lors d'un vernissage sera la peinture murale de Marto à Derb Zemmouri: "on espère que cette oeuvre restera là très longtemps!" lance Alain Millot.

Ces lieux veulent tous rappeler le voyage de Delacroix: "c'est faire écho avec son voyage et créer un lien entre le présent et le passé", poursuit le directeur de l'Institut français de Meknès. Tous ces lieux sont ainsi des endroits que l'artiste a visités pendant son fameux voyage au Maroc.

Alain Millot pense déjà à l'édition suivante qui, il espère, sera marquée par une plus grande présence féminine: "il y a de nombreuses carnettistes féminines talentueuses, nous voudrions rééquilibrer les choses en invitant plus de femmes l'an prochain", conclut-il.

LIRE AUSSI: