Vers l'augmentation du prix de pain en Tunisie? Le ministère du Commerce dément

Publication: Mis à jour:
BREAD
Sam Edwards via Getty Images
Imprimer

Pas de panique! Aucune augmentation de prix pour le pain, rassure le ministère du Commerce. "Contrairement aux informations véhiculées par les médias, le ministère n'envisage aucune variation au niveau des prix des biens subventionnés dont notamment le pain" annonce le chargé de communication au ministère du Commerce Monôm Bakari dans une déclaration accordée à Shems Fm.

Il a souligné le fait que le gouvernement n'a aucune intention, pour le moment, d'augmenter les prix des produits subventionnés mais pourrait réviser le système de subvention. "La révision du système de subvention n'entrainera pas automatiquement une hausse des prix" a expliqué Bakari.

Cette déclaration intervient à la suite des propos du ministre du Commerce, Omar Behi, qui a indiqué, au journal Le Maghreb que le prix du pain pourrait être revu à la hausse dans un futur proche. Le ministre a précisé que la décision n'a pas encore été prise mais que toutes les suggestions sont en cours d'étude.

Selon une étude menée par l’INC en 2016 sur “la consommation de pain par les familles tunisiennes”, environ 900 mille pains sont jetés quotidiennement en Tunisie, pour un coût évalué à 300 mille dinars soit environ 100 millions de dinars chaque année. Un gâchis alimentaire qui nécessite la mise en place d'une stratégie de rationalisation de la consommation du pain.

Pour certains, l'augmentation du prix de pain est une ligne rouge. Ceci rappelle toujours les "émeutes du pain", en décembre 1983 – janvier 1984, lorsque le gouvernement avait annoncé l’augmentation des prix du pain et des produits céréaliers comme la semoule. Une révolte a été déclenchée. De grandes manifestations avaient eu lieu, malgré la proclamation de l’état d'urgence et le couvre-feu. Pour mettre fin aux protestations, le président de la République Habib Bourguiba avait décidé, donc, de revenir sur sa décision. Le 6 janvier, Bourguiba a convoqué la télévision nationale et avait indiqué "Toutes les augmentations sont annulées. Que Dieu bénisse le peuple tunisien". Officiellement, les incidents ont fait 70 morts.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.