Un concert caritatif de l'Orchestre Symphonique Tunisien pour faire face à la crise de l'eau à Nefza

Publication: Mis à jour:
KLD
Orchestre Symphonique Tunisien
Imprimer

Allier musique et philanthropie, c'est le but d' "Eau pour tous", une action initiée par le Rotary Club Tunis Méditerranée.

Demain, 25 octobre, un concert sera donné par l'Orchestre Symphonique Tunisien, sous la direction du Maestro Hafedh Makni et avec la Mezzo Soprano Emira Dakhlia, au Théâtre Municipal de Tunis.

Une action sociale dont le but est d'approvisionner une école de Nefza, région de Béja, en eau potable. "Le pays s'appauvrit en eau potable, certaines régions en sont dépourvues", déplore Kais Ben Amar, responsable communication et relations presse de Rotary, "Des enfants tombent malades à cause de la mauvaise qualité de l'eau qu'ils ont à disposition".

À la suite de cette action, quand les fonds nécessaires seront réunis, un forage sera creusé qui permettra l'accès à l'eau potable aux écoliers et aux habitants de la région également, et ce, durablement. "Une institution locale de gestion communautaire gèrera l’eau potable".

Là où l'eau manque aux besoins vitaux, la musique vient prêter main forte. "Avec l'Orchestre Symphonique Tunisien, nous ciblons un public prestigieux, connaisseur de la bonne musique, et qui sait que s'il paie ces 10 ou 20 dinars, son argent va au profit d'une action sociale, là où il faut!" s'est exprimé Kais Ben Amar au HuffPost Tunisie.

Pour rappel, en juillet 2017, une vidéo avait fait le tour des réseaux sociaux. Elle exposait clairement la crise de l'eau à Béja. Les habitants de la région 'Ain Chelou' devaient traverser des kilomètres pour aller chercher de l'eau, de mauvaise qualité, avaient-ils précisé.

Pire encore, des enfants ont été renvoyés de l'école à cause des poux qu'ils avaient attrapés. "Dans ces conditions, comment les mamans arrivent-elles à laver leurs enfants?" s'était demandé une villageoise.

Faut-il s'alarmer? Assurément

La Tunisie fait face à une crise qui inquiète aussi bien l'agriculture que le tourisme et la santé. Une pénurie qui résulte d'une mauvaise gouvernance de l'eau, d'un coût largement supérieur au prix de vente et de l’exploitation incontrôlée des eaux souterraines et la multiplication des forages illicites, selon Raoudha Gafrej, universitaire et experte en gestion des ressources en eau.

LIRE AUSSI: Selon Raoudha Gafrej, experte en gestion des ressources en eau, la situation hydrique de la Tunisie est alarmante

"La situation hydrique du pays est alarmante avec des stocks dans les barrages inférieurs de 41% à la moyenne sur la même période, et ce malgré l'augmentation des apports en eau de 21%, à 823 Millions de mètres cubes (Mm3) de Septembre 2016 à Juillet 2017, par rapport à la même période 2015-2016", avait déclaré Raoudha Gafrej dans une interview accordée à l’agence TAP en août 2017.

Dans un rapport publié en 2015, la World Resources Institute classe la Tunisie parmi les 33 pays les plus susceptibles de connaitre un stress hydrique (ou pénurie d'eau) d'ici 2040.

Selon le rapport, la Tunisie se classe parmi les pays qui ont un risque très élevé de manquer d'eau dans les décennies à venir pouvant perdre ainsi plus de 80% de ses ressources naturelles d'eau d'ici 2040.

L'UNESCO a quant à elle déjà tiré la sonnette d'alarme affirmant que la Tunisie souffrira de sérieux problèmes d'eau à l'horizon 2025.

LIRE AUSSI: Les Tunisiens vivent sous le seuil de la pauvreté hydrique selon le ministre de l'Agriculture

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.