On en sait plus sur les cibles des 11 terroristes présumés arrêtés à Fès

Publication: Mis à jour:
NDEMANTELEMENTCELLULETERRORISTEFESLARGE570
Fès News
Imprimer

TERRORISME - Le Maroc a peut-être évité une des plus graves attaques terroristes de son histoire. Samedi 14 octobre, une vaste opération de démantèlement d'une cellule terroriste secouait Fès de bon matin. et avait conduit à l'arrestation de 11 membres de la cellule, à Fès mais aussi dans d'autres villes du royaume à l'issue de cette opération.

Aujourd'hui, on en sait plus sur les cibles des terroristes présumés. Ces derniers visaient plusieurs hauts lieux politiques, médiatiques et sécuritaires du pays, comme le révèle Jeune Afrique. Le site électronique du magazine déclare avoir eu accès à "un document des enquêteurs" affirmant que leurs cibles étaient "le siège du Parlement à Rabat, celui de la chaîne de télévision 2M à Casablanca, des centres commerciaux et des casernes de gendarmerie". Jeune Afrique partage également un autre "détail macabre", selon sa propre expression: les membres de la cellule comptaient également enlever plusieurs "personnalités symboliques du régime" et filmer leur décapitation.

Selon le ministère de l'Intérieur, la police a saisi un important arsenal composé, entre autres, de liquides et poudres chimiques utilisés dans la fabrication d’explosifs, suite à la perquisition au domicile familial à Khouribga du cerveau de la cellule terroriste démantelée.

Des extincteurs "remplis de matières explosives combinées de quantité de clous et de petites pièces de fer afin de causer des pertes humaines et des dégâts matériels d’envergure" ont également été saisis ainsi que des bonbonnes de gaz butane, des armes à feu (trois pistolets et deux fusils de chasse), d'une quantité importante de munitions, de bombes lacrymogènes, de deux gilets destinés à la fabrication de ceintures explosives, de sacs comportant des pesticides toxiques, de bâtons électriques et télescopiques, d'appareils de télécommunication et d'armes blanches.

Lundi 25 octobre, le ministre de l'Intérieur a annoncé l'arrestation de six autres personnes en lien avec la cellule, rapporte Associated Press.

LIRE AUSSI: