La ville blanche se met aux couleurs de la Casablanca Design Week

Publication: Mis à jour:
DESIGN WEEK CASA
De la chaise en forme de khmissa signée Mehdi Naim, à la tapisserie géométrique de Ghizlane Agzenai, en passant par la mode audacieuse de Ghitta Laskrouif, la Casablanca Design Week fait la part belle aux créateurs. | DR
Imprimer

ÉVÉNEMENT - Le design s’invite dans la ville blanche à l’occasion de la toute première édition de la Casablanca Design Week, qui rejoint le réseau international des semaines du design et se place ainsi comme la première design week du Maghreb et l’une des premières d’Afrique.

Casablanca célèbre ainsi le design et la création en accueillant plusieurs expositions et activités du 24 au 30 octobre, et présenter au public plus de cinquante designers marocains spécialisés dans différentes disciplines. Galeries, institutions culturelles, showrooms et concept stores ont également répondu présents pour participer à l'événement en proposant des expositions, ateliers, workshops et soirées spéciales Design Week. Quelques restaurants de la ville se sont également pris au jeu et proposeront, le temps d’une semaine, une carte spécialement concoctée pour accompagner l'événement.

“Qu’est-ce qu’on conçoit?” est la question à laquelle tente de répondre cette première édition. Une thématique qui peut sembler assez générique mais qui servira avant tout à réaliser un des objectifs principaux de l’événement, celui de faire un état des lieux du design au Maroc pour ensuite pouvoir l’exporter à l’international.

“On ne veut pas que le design marocain soit présent à l’étranger seulement à travers le caftan ou l’artisanat,” explique Ilyass Zkara, ingénieur et membre du collectif Houna, organisateur de la Casablanca Design Week. “Cette édition vise d’abord rassembler la communauté de designers au Maroc et leur permettre d’échanger", poursuit-il.

Design et origines du design

Les passionnés de design et autres curieux casablancais pourront découvrir les oeuvres de créateurs tels que Karim Tassi, Kenza Bennani, Brahim Boucheikha, Amine Bendriouich, ou encore Hicham Lahlou avec l’exposition officielle qui aura lieu à la galerie Delaporte et à l’école des Beaux Arts sous le thème “Des racines et des ailes”.

De la chaise en forme de khmissa de Mehdi Naim, à la tapisserie géométrique de Ghizlane Agzenai, en passant par les besaces tendances aux inspiration berbères de Kenza Bennani, les visiteurs reconnaitront dans chacun des objets exposés la touche marocaine. “Les artistes exposés ont tous su transformer un banal objet du quotidien en un véritable élément de design aux inspirations marocaines”, explique ainsi au HuffPost Maroc, Kenza Amrouk, la commissaire d’exposition spécialisée en art contemporain.

Les visiteurs pourront appréhender l’évolution de chaque objet en découvrant les étapes par lequel le créateur moderne est passé pour le produire, dans le but “d’apporter un éclairage historique, technique, économique et social sur des pièces contemporaines provenant de notre identité culturelle traditionnelle”, rapporte pour sa part un communiqué de l'événement.

A post shared by Musk Studio (@musk_studio) on

D'autres créations, que les visiteurs pourront s'offrir, seront exposées au Kouzina concept store, une plateforme collaborative que le public a déjà pu découvrir au Quai des créateurs de Salé et à la Design Week de Beirut. Cette fois-ci, le concept store s'est installé, depuis le 20 octobre et jusqu'au 5 novembre, à la galerie Nadar pour présenter les objets de créateurs émergents ou confirmés. “Aucune commission n’est soustraite du prix de vente, les designers reçoivent la totalité des gains,” tient à souligner Ilyass Zkara.

Le fil conducteur entre toutes les expositions, selon Soukaina Hacham, designer et membre du collectif Houna, réside dans la relation étroite qui existe entre le designer et l’artisan. Une liaison que la semaine du design veut également mettre en avant à travers les activités proposées durant la semaine comme les I-story, prévues le 25 octobre à la F.O.L, où quatre designers, Myriam Mourabit, Ali Drissi, Rebel Spirit et Mahdi Naim partageront avec le public, leur parcours de carrière, les difficultés qu’ils ont rencontrées et leurs secrets de réussite.

Un métier comme les autres

Les fans de design pourront à leur tour interagir avec les designers lors de conférences, panels et débat organisés à l’institut Cervantes le 27 octobre et à l’ESCA le 28 octobre, autour de différentes thématique, abordant notamment la synergie entre l’entrepreneuriat, l’industrie, l’artisanat, l’héritage culturel et le design.

“Le métier de designer n’est pas encore très connu au Maroc, nous voulons donc le vulgariser aux yeux du public”, expliquait Soukaina Hacham lors de la conférence de presse annonçant le lancement de l'événement.

Pour atteindre davantage de personnes, la design week sera également présente en ligne grâce à une exposition virtuelle sur le site de l’événement, et proposera des échanges en live-stream avec des experts du design pour que les internautes puissent les joindre quelle que soit leur localisation.

Les Casablancais sont pour leur part invités à se rendre sur place, avec des événements organisés dans le centre ville de la ville blanche. "On n'a pas voulu aller à Gauthier, Boulevard d’Anfa ou Maarif", indique lyass Zkara. “Aujourd’hui, le design au Maroc est réservé à une élite, nous voulons donc brouiller ces frontières entre le designer et l’espace public”, explique-t-il. Un pari qui s'apprête à être relevé en s'ouvrant par ailleurs au plus grand nombre en proposant un accès gratuit à tous, pour rendre le design plus que jamais accessible.

Le collectif Houna, qui signifie "ici", est pensé comme un incubateur de projets. Plateforme collaborative visant à "renforcer l’économie créative et brouille les frontières entre les créateurs et le public", Houna mise sur l'expérimentation, l’interaction et la formation grâce à la collaboration d'une vingtaine de jeunes marocains issus de différents domaines.

LIRE AUSSI: