Royal Air Maroc s'indigne des "propos calomnieux" du chef de la diplomatie algérienne

Publication: Mis à jour:
Imprimer

DIPLOMATIE - Après avoir accusé les banques marocaines de "blanchiment de l’argent du haschich", le chef de la diplomatie algérienne a déclaré vendredi que "Royal Air Maroc, elle transporte autre chose que des passagers". Une déclaration révélatrice d'une "ignorance totale" du secteur de l'aérien, environnement "très réglementé par des instances internationales hautement qualifiées", affirme samedi la RAM.

''En effet, peut-on imaginer un seul instant que l’Organisation de l’aviation civile internationale accepte que l’un de ses membres, en l’occurrence le Maroc, permette à sa compagnie aérienne de transporter des matières illicites? L’OACI et les autorités aéronautiques de chaque pays sont particulièrement vigilantes et soucieuses du strict respect de la réglementation internationale en matière de sécurité et de sûreté'', indique la RAM dans un communiqué parvenu à la MAP.

''Le chef de la diplomatie algérienne a cru pouvoir gravement diffamer la compagnie Royal Air Maroc en tenant des propos dénués de tout fondement. Ces déclarations ont été tenues incontestablement dans l’intention de nuire au rayonnement du Maroc à travers sa compagnie aérienne nationale. Ce qui dénote d’un manque de professionnalisme flagrant et d’une méconnaissance totale de la diplomatie'', souligne la même source.

''Royal Air Maroc s'indigne de ces propos calomnieux exprimés à l'égard d'une compagnie aérienne qui œuvre, depuis plusieurs décennies, pour le renforcement des liens sociaux et économiques en Afrique'', ajoute le communiqué soulignant que ''Royal Air Maroc est une compagnie internationalement reconnue opérant selon les meilleurs standards de la réglementation du transport aérien mondiale''.

Royal Air Maroc est "scandalisée par ces allégations calomnieuses, du chef de la diplomatie algérienne'', affirme la compagnie qui entend "faire respecter son honneur, celui de ses 4.000 collaborateurs et de ses 7 millions de passagers, dont 2 millions de passagers africains, en usant de toutes les voies de droit qui lui sont offertes''.

Les propos tenus vendredi 20 octobre à Alger, lors d’une réunion du ministre algérien avec des hommes d’affaires du Forum des chefs d’entreprises (FCE), ont été qualifiés de "gravissimes" par le ministère marocain des Affaires étrangères et de la coopération, qui a rappelé l'ambassadeur du Maroc à Alger.

Accusées de blanchir l’argent du hachisch, les banques marocaines ont elle aussi réagi samedi dans un communiqué, indiquant qu'elles s'insurgeaient "vigoureusement contre ces allégations graves et mensongères", et qu'elles se réservaient "tous les droits de recours".

LIRE AUSSI: