Ils font le cinéma méditerranéen: Maryam Touzani, du journalisme au cinéma

Publication: Mis à jour:
MARYAM TOUZANI
Nabil Ayouch
Imprimer

Née à Tanger au Maroc, Maryama Touzani a passé son enfance dans sa ville natale avant d’aller suivre des études à Londres. Un temps journaliste, puis scénariste et réalisatrice, elle joue aujourd’hui le rôle de Salima dans "Razzia" de Nabil Ayouch. Son premier rôle d’actrice au cinéma. Au cours d’une rencontre au Cinemed, elle aborde la condition des femmes du maghreb à travers le cinéma.

L’écriture est importante dans votre parcours ?

Je suis journaliste de formation. Cela veut dire que nous avons une curiosité pour l’autre et un désir de comprendre, partager et transmettre. Puis, je me suis tournée vers le cinéma, et c’est à partir de là que j’ai réalisé mon premier court-métrage en fiction "Quand ils dorment", en 2012. Au départ, je m’étais pas imaginée réaliser une fiction car je faisais à ce moment-là des documentaires. "Quand ils dorment" parle de la mort à travers le regard d’une petite fille de huit ans qui enterre son grand-père. Cette fillette ne peut pas vivre son deuil comme elle le désirait à cause des traditions locales.

Par la suite, toujours en quête d’expression, j’ai co-écrit des scénarios avec Nabil Ayouch (son époux, ndlr). Ce qui est nouveau, dans mon parcours, est d’incarner aujourd’hui un rôle au cinéma. À travers le personnage de Salima, j’ai senti que j’ai été fidèle à ce que je ressentais. Ce personnage me ressemble beaucoup. Cela a été une très belle expérience.

Que pouvez-vous dire de cette expérience avec Nabil Ayouch ?

Travailler avec Nabil est une chance. Cela m’a permis de me lancer devant la caméra. J’admire beaucoup la passion de Nabil pour le cinéma. Pour moi, c’est une source d’inspiration.

Comment la scénariste et la comédienne se réunissent en Maryam Touzani ?

Les deux métiers ont un point commun : le désir de s’exprimer et de chercher d’autres moyens d’expression. Cela me permet à chaque fois de me réinventer et d’être à l’écoute de moi-même. En tant que femme maghrébine, je pense que le cinéma a un grand rôle à jouer. Il peut bouleverser les réalités de notre société. Parmi les futurs projets, j’envisage de me lancer dans un long-métrage l’année prochaine. Il traitera du sujet des mères célibataires, et de la place de leurs enfants dans la société.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.