Agressions sexuelles: Tariq Ramadan nie en bloc

Publication: Mis à jour:
TARIQ RAMADAN
Mike Segar / Reuters
Imprimer

DÉMENTI - Le silence n’aura pas été de longue durée. Accusé d’agressions sexuelles et de viol par Henda Ayari, écrivaine tunisienne née en Normandie, Tariq Ramadan nie en bloc. Selon un communiqué de son avocat, Me Yasine Bouzrou, relayé par l’AFP, l’islamologue suisse d’origine égyptienne "oppose un démenti formel à ces allégations et portera plainte pour dénonciation calomnieuse". Cette dernière, ajoute le communiqué, "sera transmise au procureur de la République de Rouen (nord-ouest de la France) dès lundi".

Ancienne adepte du salafisme, Henda Ayari a indiqué avoir porté plainte vendredi 20 octobre contre l’islamologue. Selon l’AFP qui a pu consulter le document, elle accuse Tariq Ramadan de "faits criminels de viol, agressions sexuelles, violences volontaires, harcèlement et intimidation".

Son agression remonterait à des années, mais elle gardait le silence par peur, dit-elle: "J’ai été victime de quelque chose de très grave il y a plusieurs années, je n’ai jamais voulu donner son nom, car j’ai reçu des menaces de sa part si jamais je le balançais, j’ai eu peur, je lui ai consacré un chapitre entier de mon livre, beaucoup de gens m’ont contactée pour avoir mon témoignage, car ils l’avaient deviné, je le confirme aujourd’hui, le fameux Zoubeyr, c’est bien Tariq Ramadan", écrit-t-elle sur son compte Facebook.

Auteure du livre "J’ai choisi d’être libre" paru en 2016, dans lequel elle dévoile les dérives de l’islamisme, Henda Ayari est également fondatrice de l’association "Libératrices", qui vient en aide en femmes en difficulté et combat l’intégrisme islamiste. Sa déradicalisation a été déclenchée par les attentats visant Charlie Hebdo à Paris en 2015.

LIRE AUSSI: