L'Espagne met la main sur le plus gros "passeur" clandestin au Maroc

Publication: Mis à jour:
MIGRATION EUROPE
AFP PHOTO / MOAS / HO
Imprimer

ARRESTATION - Gros coup de filet dans le milieu de l’immigration clandestine. La police espagnole a annoncé le démantèlement d’une organisation de trafic d’êtres humains qui "passait" des centaines de citoyens d’Afrique subsaharienne dans de petits bateaux à destination des îles Canaries.

L’opération, qui s’est déroulée conjointement avec la Gendarmerie marocaine, a permis l’arrestation des deux cerveaux de la bande qui opéraient sur le territoire marocain. Les autres membres du groupe, trente personnes précédemment arrêtées en Espagne, ont déjà été condamnés et purgent leur peine.

Les suspects poursuivis également pour homicides

Il s’agit de la plus grande organisation criminelle d’immigration illégale vers les îles Canaries en activité, a précisé la direction générale de la police. Cibles d’un mandat d’arrêt international, les deux suspects étaient recherchés pour facilitation d’immigration illégale, mais également pour homicides.

Les enquêtes ont commencé en 2014 lorsque des éléments des forces de l’ordre ont détecté l’implantation à Laâyoune d’une organisation spécialisée dans le trafic illégal d’immigrants vers les îles Canaries. Après avoir interrogé plus de 1.500 immigrants clandestins, les agents ont pu collecter des informations qui les ont menés vers un homme d’origine sénégalaise. Ce dernier, profitant de ses nombreux contacts dans les milieux administratifs et policiers de la ville du Sud du Maroc, a absorbé le reste des réseaux qui opéraient dans la zone pour contrôler l’affaire de façon presque exclusive.

Entre 500 et 3.000 euros la traversée

En mars 2015, une patère occupée par treize immigrés subsahariens qui étaient à la dérive depuis cinq jours sans nourriture, sans eau et sans moteur, a été sauvée à quelques kilomètres au sud-ouest de Gran Canaria. Après les premiers entretiens avec les survivants, il a été conclu qu’au moins huit personnes étaient mortes et leur corps jeté par-dessus bord. Les investigations ont permis de confirmer que c’était bien l’homme d’origine sénégalaise qui avait organisé la traversée de ce bateau.

Suite à l’avancement de l’enquête la police a pu identifier les membres de l’organisation les plus importants, en précisant leurs fonctions, la localisation des maisons sûres et des véhicules et connaître les prix payés par les immigrants, compris entre 500 et 3.000 euros pour le voyage.

LIRE AUSSI: