Accusations algériennes: Les banques marocaines s'insurgent

Publication: Mis à jour:
OTHMAN BENJELLOUN
BMCE bank President Othman Benjelloun gestures during the annual results news conference in Rabat March 19, 2008. Morocco's second-biggest private bank, BMCE, reported a 55-percent rise in 2007 net profit on Wednesday, helped by assets sales and strong growth in client deposits and loans. REUTERS/Rafael Marchante (MOROCCO) | Rafael Marchante/Reuters
Imprimer

CRISE - Après la réaction du ministère marocain des Affaires étrangères, c’est au tour du secteur bancaire, à travers le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) de répondre aux allégations du chef de la diplomatie algérienne.

Accusées de blanchir l’argent du hachisch, les banques marocaines ont indiqué dans un communiqué, "s’insurger vigoureusement contre ces allégations graves et mensongères". Le groupement a d’ailleurs rappelé que le secteur bancaire marocain est cité comme référence dans la région MENA et en Afrique par sa solidité, ses performances et son respect des règles prudentielles les plus avancées que ce soit par les instances internationales notamment la Banque Mondiale, le FMI et le groupe intergouvernemental de référence mondiale le "GAFI" (Groupe d’Action Financière), par les agences de notation ou encore les observateurs de la finance dans le monde.

Les établissements bancaires marocains sont d’ailleurs associés à des banques internationales de renom, ce qui les soumet à une législation bancaire des plus modernes avec des normes avancées de lutte contre le blanchiment de capitaux, poursuit la même source, qui ajoute comme argument "la supervision bancaire rigoureuse et continue de la banque centrale du Maroc (Bank Al-Maghrib)".

Une rigueur, ajoute le GPBM, que les banques marocaines appliquent "dans leur développement à l’international y compris en Afrique avec une stratégie clairement définie et un modèle transparent dans tous ses volets, économiques, financiers, techniques, humains et sociaux".

Face à de telles déclarations du ministre des Affaires étrangères de l’Algérie, le groupement bancaire précise se réserver tous les droits de recours.

LIRE AUSSI: