"Les Petites victoires": ce père décrit en BD son incroyable combat contre l'autisme de son fils

Publication: Mis à jour:
PETITES VICTOIRES COUVERTURE
Yvon Roy, "Les Petites victoires", Rue de Sèvres
Imprimer

SANTÉ - Yvon Roy ne lâche rien. Depuis le jour où la terre s'est dérobée sous ses pieds quand il a appris l'autisme de son fils, cet auteur de bande dessinée s'est donné une mission. Il veut rendre son enfant le plus heureux possible. Et coûte que coûte, il lui aura appris à le regarder dans les yeux, à accepter les câlins, à supporter les poussières du bain et à s'accommoder de l'imprévu.

Et le Québequois ne suit pas les règles de l'art. Il bouscule les codes éducatifs des spécialistes de l'autisme. Quand on lui dit de respecter la routine de son fils, parce que les enfants se rassurent de cette manière, lui déplace les meubles de leur appartement.

"J'ai toujours respecté la configuration de sa chambre, assure Yvon Roy au HuffPost. Je bougeais des petits meubles pour qu'il emprunte un chemin différent pour aller aux toilettes. J'ai fait attention à respecter sa capacité à accepter le changement. Mon idée est d'amener l'enfant un tout petit peu au-delà de ses limites, sans qu'il tombe en crise ou en frustration. Il ne faut pas aller trop vite. Ça m'a pris trois mois pour lui faire accepter les poussières dans son bain."

Mordre la poussière

Et quel épisode que celui des poussières. L'éditeur Rue de Sèvres a accepté que nous le publions en entier. Vous le trouverez à la fin de l'article. Avec une patience d'ange que seul un parent peut témoigner, Yvon Roy habitue son fils à la poussière qu'il découvre parfois dans son bain.

En premier lieu, il va contre les conseils du centre éducatif que son fils fréquente. Non, il n'enlèvera pas toutes les poussières de peur qu'il ne développe "une aversion pour les bains". Puis, il met une poussière dans chaque bain et la retire très vite, avant que la crise ne commence. Il dit le mot "poussière". Au bout de trois mois, le petit Olivier finit par prendre la poussière dans la main. Il n'a plus peur.

"Quand mon ex-femme a remarqué le changement, elle m'a dit 'tu vois il suffisait d'attendre', je lui ai répondu 'pas du tout, ça fait trois mois que je travaille là-dessus', elle était très fâchée de l'apprendre, parce que je l'avais fait en secret. Puis, nous avons entamé une relation très respectueuse, malgré la séparation. Ça a été le secret de notre succès".

petites victoires 1

petites victoires 2

petites victoires 3

petites victoires 4

Créer une bulle

Yvon Roy s'est passionné pour son fils. Après avoir entamé le deuil de l'enfant normal, il s'est sincèrement ouvert à Olivier (qui porte un autre prénom dans la vraie vie). Au début, on le voit hésiter à lui dire "tu es le garçon le plus fantastique du monde", pour y parvenir tout doucement.

"La communication des enfants autistes est affectée, ils sont hyper sensibles, souligne l'auteur. Ils ressentent tout. Même nos doutes intimes. Alors quand j'ai réussi à prononcer cette phrase en étant convaincu, j'ai vu mon fils changer. Il m'a accueilli plus facilement."

Ce père, qui a fini par trouver "des beautés à l'autisme", a appris à se libérer du regard des autres, pour se défaire de ses propres attentes envers son fils. Là est sa force. "Si j'ai un conseil à donner à tous les parents, c'est de créer une bulle à l'abri du regard des autres, des conseils des spécialistes, pour prendre le temps de découvrir l'enfant par soi-même, et non pas à travers un diagnostic."

Pouvoir l'enlacer

Yvon Roy ne lâche tellement rien qu'il est allé jusqu'à entraîner son fils aux contacts physiques. "J'aime les câlins et l'idée que mon enfant refuse que je le prenne dans les bras, qu'on se regarde dans les yeux et qu'on rit ensemble, m'était insupportable."

Alors, à chaque cauchemar, il le rassure avec des mots doux et finit par l'enlacer. Et ça marche. Plonger dans cette BD tout en finesse est un véritable voyage vers l'enfant, qui intéressera tous les parents soucieux de comprendre de quoi leur rejeton est fait.

Pour les yeux, on vous laisse découvrir la méthode Yvon Roy à la fin de cet article. Elle a fait ses preuves auprès d'Olivier, mais pas seulement. "Une éducatrice spécialisée m'a confirmé que ma méthode fonctionnait avec tous les enfants autistes. Plusieurs parents m'ont écrit qu'ils avaient essayé tel ou tel truc. Lors d'un salon du livre de Montréal, une dame m'a assuré que son fils l'a regardé dans les yeux au bout de quatre jours d'essai seulement."

Quatre jours contre trois mois pour Yvon Roy et son fils, dur... Oui, mais c'est eux qui ont eu l'idée en premier.

petites victoires 5

petites victoires 7

petites victoires 8

LIRE AUSSI: