L'UTICA exprime son mécontentement à l'égard du projet de loi de Finances 2018

Publication: Mis à jour:
UTICA
Facebook/UTICA
Imprimer

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, l'Union Tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (UTICA) a exprimé sa désapprobation du projet de loi de Finances 2018 qui, selon le communiqué, a ignoré les recommandations faites par l'organisation patronale.

L'UTICA a estimé que le projet de loi de Finances 2018 affecte la pérennité de l'institution économique et la menace dans sa stabilité et son existence, dénonçant les nouvelles taxes et impositions qui "pèseront sur les entreprises et auront une incidence négative sur leurs activités, leur compétitivité, ainsi que leur capacité à investir et à créer de nouveaux emplois".

Lire aussi:
Les propositions de l'UTICA pour la loi de Finances 2018

"Le projet de loi de Finances a totalement ignoré nos propositions et recommandations qui traduisent notre vision de l'investissement, de l'emploi, de l'amélioration du climat des affaires, ainsi que les recommandations par rapport au plan de sauvetage économique du pays" lit-on dans le communiqué.

L'UTICA a par ailleurs annoncé que son Conseil d'Administration suivra de près l'évolution du projet de loi.

L'UTICA avait publié, le lundi 25 septembre une note intitulée "Entre assainissement et relance" dans laquelle des propositions pour ce nouveau projet de loi de Finances ont été présentées. Selon l'UTICA, l’élaboration de la loi des finances 2018 intervient dans un contexte caractérisé par des contraintes budgétaires aigües et un besoin urgent de relance économique.

De ce fait, elle recommande de ne plus chercher des ressources pour couvrir des dépenses, mais plutôt d'optimiser les dépenses. Elle estime que l'amélioration des recettes pourrait être générée à travers la relance économique. "C’est la relance de l’économie qui génèrera plus de recettes ce qui autorisera plus de dépenses publiques," note l'UTICA.

L'organisation patronale avait également appelé à mettre en place un contrat de responsabilité entre le gouvernement, les partis politiques qui le soutiennent, et les partenaires sociaux autour de valeurs et d'objectifs chiffrés, avec un partage des responsabilités et une obligation de résultat.

Lire aussi:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.