Prix de la littérature arabe: La Marocaine Yasmine Chami honorée à Paris

Publication: Mis à jour:
YASMINE CHAMI
Prix de la littérature arabe: La Marocaine Yasmine Chami honorée à Paris | Khalil Nemmaoui/Institut du Monde Arabe
Imprimer

LITTÉRATURE - L’écrivaine marocaine Yasmine Chami a reçu, mercredi 18 octobre au soir, au siège de l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris, la mention spéciale du jury du Prix 2017 de la littérature arabe, revenu cette année à l’auteur irakien Sinan Antoon.

Yasmine Chami, enseignante de littérature à Casablanca et ancienne directrice de la Villa des Arts de Casablanca, a été primée par le jury de ce prix remis annuellement par la Fondation française Jean-Luc Lagardère en partenariat avec l’IMA, pour son roman "Mourir est un enchantement".

"Cette œuvre raconte comment les mémoires individuelles et les mémoires collectives s’articulent, s’intègrent et s’imbriquent les unes avec les autres", a indiqué l’écrivaine dans une déclaration à la MAP. "Cette question des mémoires vient contredire la conception selon laquelle les identités sont crispées", a-t-elle expliqué en observant que "la mémoire est mouvante et on peut la composer et la décomposer facilement".

C’est aussi un travail qui revient sur l’évolution de la société marocaine de l’indépendance à nos jours et sur tous les questionnements qui la traversent, a ajouté Yasmine Chami dont "Mourir est un enchantement" est le second roman.

mourir est un enchantement yasmine chami

Par ce prix créé en 2013, le seul qui distingue la création littéraire arabe et promeut les œuvres écrites ou traduites en français, la Fondation Jean-Luc Lagardère entend encourager le parcours de jeunes talents en France et à l’international et développer de nombreux programmes afin de promouvoir la diversité culturelle.

Le jury de cette année, présidé par Pierre Leroy, co-gérant de la Fondation Lagardère, était composé de personnalités du monde des médias, des arts et de la culture ainsi que de spécialistes du monde arabe, à l’instar de l’écrivain et peintre marocain Mahi Binbine, lauréat lui-même de ce prix en 2010.

Le jury a attribué à une très forte majorité le Prix 2017 à l’œuvre de l’écrivain irakien Sinan Antoon "Seul le grenadier", en saluant "un roman bouleversant qui nous plonge au cœur de la tragédie irakienne mais aussi universelle". "Chacun peut se reconnaître dans cette histoire profondément humaine où la vie se mêle à la mort, la réalité à la fiction, l’anéantissement à l’espoir… Servie par un style magnifique, riche en métaphores et en émotions fortes", relève le jury.

L’œuvre de cet écrivain hors pair avait déjà remporté le Saif Ghobash Banipal Prize for Arabic Literary Translation en 2014 aux Etats Unis.

Poète, romancier et traducteur, Sinan Antoon, qui a déjà publié quatre romans, avait remporté également en 2012 le Prix de l'American Literary Translators Association pour sa traduction anglaise de Mahmoud Darwich.

Le jury du Prix de la littérature arabe a attribué aussi une deuxième mention spéciale à l’œuvre du Syrien Khaled Khalifa "Pas de couteaux dans les cuisines de cette ville", qui raconte les souffrances des populations syriennes durant le conflit qui sévit dans leur pays.

La cérémonie de remise de ces prix a été marquée par la présence du président de l’IMA, Jack Lang, ainsi que de nombreuses personnalités du monde de la culture, de la littérature, de l’édition et des médias, dont le président du jury du Prix de la littérature arabe Pierre Leroy.

LIRE AUSSI: