Les arnaques que vous recevez par mail ne sont rien comparées à celle dont a été victime Richard Branson

Publication: Mis à jour:
RICHARD BRANSON
Rick Wilking / Reuters
Imprimer

Pour ferrer un gros poisson, il faut soigner son appât. Alors quand des tentatives d'arnaques tombent dans votre boîte mail, où la prétendue fille cachée d'un grand dignitaire africain a besoin de votre aide pour vider votre Livret A, le milliardaire Richard Branson a droit à beaucoup plus élaboré.

"Cette histoire semble sortie tout droit d'un livre de John le Carré ou d'un James Bond, mais c'est la triste vérité", a confié le fondateur du groupe Virgin sur son blog le 17 octobre. Une histoire qui a failli lui coûter cinq millions de dollars.

Début 2017, l'assistante de l'homme d'affaire reçoit une note manuscrite en provenance du Secrétaire d'Etat à la Défense britannique Sir Michael Fallon. Il faut l'appeler d'urgence:

"Il m'a dit qu'il s'agissait d'une affaire incroyablement sensible, qu'il voulait être sûr que personne ne se trouvait dans la pièce avec moi pendant que je lui parlais. Il a demandé à ce que nous parlions en toute confiance et dit qu'un diplomate britannique avait été kidnappé et était retenu par des terroristes."

Le ministre poursuit, expliquant que le gouvernement ne paye jamais de rançon, que la loi l'interdit, mais que ce cas est exceptionnel, "particulier, très sensible".

"Alors ils [le gouvernement] demandaient en toute discrétion à un groupe d'hommes d'affaires britanniques d'agir. On m'a demandé de participer à la rançon à hauteur de 5 millions de dollars, en m'assurant que le gouvernement trouverait un moyen de me rembourser."

Méfiant, Richard Branson demande un moyen de confirmer l'identité du ministre. Loin de se démonter, ce dernier l'encourage à envoyer quelqu'un voir sa secrétaire. Elle confirmera tout au mot de passe "Davenport". Mais attention! L'affaire ne doit pas s'ébruiter.

Peu importe, Richard Branson reste méfiant. Il envoie un de ses avocats au ministère de la Défense, lui-même passe un coup de fil au ministre. Un coup de fil à 5 millions de dollars.

"Son secrétaire m'a assuré que Sir Michael ne m'avait pas parlé et que personne n'avait été kidnappé. C'était clairement une arnaque."

Moralité? On n'est jamais assez méfiant, surtout quand on est riche.

Richard Branson a échappé à ce manipulateur, contrairement à un de ces amis. Peu après le passage de l'ouragan Irma, ce dernier l'appelle pour savoir quand Richard Branson remboursera les 2 millions de dollars prêtés pour venir au secours des Iles Vierge Britannique, où l'homme d'affaires a une maison. "Nous avons vite réalisé qu'il avait été extorqué par un criminel se faisant passer pour moi", conclut Richard Branson.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.