"Le déséquilibre de l'accord d'association est en réalité celui de l'économie algérienne", John O'Rourke, chef de la délégation européenne à Alger

Publication: Mis à jour:
JOHN OROURKE
Ahmed Sahara
Imprimer

Le HuffPost Algérie a rencontré cette semaine John O’Rourke, chef de la délégation européenne à Alger, pour parler de coopération culturelle, de la participation de partenaires européens au Salon du livre d’Alger mais aussi de l’accord d’association et de l’accord nucléaire avec l’Iran.

Dans cet entretien, il était notamment question des blocages à l'accord cadre d'association avec l'Algérie. Si les Algériens sont convaincus que l'accord ne leur est pas favorable, l'ambassadeur européen, estime, que le déséquilibre qui existe dans l'accord d'association est en réalité "un déséquilibre qui existe dans l'économie algérienne qui est mono exportatrice".

Du point de vue européen, "les bonnes relations entre l'Algérie et l'UE devraient se fonder sur une économie qui se diversifie et qui n'est pas seulement importatrice", explique O'Rourke. L'UE, ajoute-t-il, est prête à accompagner l'Algérie dans une démarche pour diversifier son économie. Ce que l'UE ne peut faire, par contre, souligne le diplomate c'est de mener les réformes que l'Algérie, un Etat souverain devrait entamer et de prendre les décisions que l'Eta doit prendre pour promouvoir cette diversification".

"Nous ne pouvons pas nous substituer aux décisions algériennes de même nous ne pouvons pas nous substituer non plus aux investisseurs car les investissements étrangers et domestiques sont à la base de cette diversifications de l’économie”, explique encore le diplomate européen en poste à Alger.

Sur les questions internationales, le diplomate a expliqué les raisons des problèmes que rencontrent en ce moment la construction européenne ainsi que la position de l'UE sur le dossier du nucléaire iranien et la divergence apparente qui a suivi la déclaration du Président américain la semaine dernière.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.