On cite toujours le taux de fécondité des femmes, mais celui des hommes est aussi très révélateur

Publication: Mis à jour:
FATHER SON
Geber86 via Getty Images
Imprimer

Le taux de fécondité est le rapport entre le nombre de naissances dans un pays et le nombre de femmes en âge d'avoir des enfants. C'est le type de statistiques que l'on apprend au collège en cours d'histoire-géographie. Mais qu'en est-il du taux de fécondité des hommes?

Bruno Schoumaker, chercheur à l'Ined et au Centre de recherche en démographie de l'Université catholique de Louvain a compilé les données sur ce sujet dans 146 pays pour comprendre comment et pourquoi ce taux de fécondité masculine pouvait se distinguer des femmes.

"L'habitude de se focaliser sur la fécondité des femmes conduit à ignorer les spécificités des comportements reproductifs des hommes, ou à faire l'hypothèse qu'il ne diffèrent pas sensiblement de ceux des femmes", explique-t-il.

En effet, les hommes offrent de plus grandes disparités que les femmes en la matière. Le taux de fécondité varie suivant les pays de 1 à plus de 13 enfants par homme. Sans surprise, dans les pays européens les hommes ont en moyenne entre 1 et 2 enfants, un taux proche de celui des femmes. Là encore, il existe des disparités, les hommes d'Europe de l'Est et méridionale ont en moyenne le taux le plus bas du continent.

Les hommes deviennent pères en moyenne à 33,6 ans

En Asie comme en Amérique latine, il existe de fortes disparités suivant les pays entre 1 à plus de 5 enfants par homme. Mais c'est en Afrique subsaharienne que le niveau de fécondité par homme est le plus élevé au monde. C'est le cas en particulier au Niger (13,6 enfants en moyenne par homme), au Soudan du Sud (13,5 enfants), au Tchad (12,1 enfants) et dans les pays du Sahel. Dans cette partie de l'Afrique, il existe un grand écart entre le taux de fécondité des hommes et des femmes, car la polygamie y est fréquente et que les hommes sont pères plus tardivement.

Plus généralement en comparant les données, Bruno Schoumaker parvient à la conclusion que "dans tous les pays, les hommes ont leurs enfants plus tard que les femmes, et parfois jusqu'à des âges très avancés." Sur les 146 pays étudiés, l'âge de la paternité est en moyenne de 33,6 ans contre 28 ans pour les femmes.

Mais cela pourrait bien changer grâce à la transition démographique qu'opèrent de nombreux pays en Afrique en particulier, autrement dit lorsque les taux de natalité et de mortalité d'un pays forts s'affaiblissent et s'équilibrent. Cette transition a pour effet de voir s'aligner les taux de fécondité des deux genres.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.