"Le 17 octobre 1961 demeurera à jamais gravé dans la mémoire de la nation algérienne" (Messahel)

Publication: Mis à jour:
17 OCTOBER 1961
PARIS, FRANCE - OCTOBER 17: Algerians peacefully protest against the imposed curfew on October 17, 1961 in Paris, France. (Photo by L HUMANITE/KEYSTONE-FRANCE/Gamma-Rapho via Getty Images) | L HUMANITE/KEYSTONE-FRANCE via Getty Images
Imprimer

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a affirmé mardi que le 17 octobre 1961 "demeurera à jamais gravé" dans la mémoire de la nation algérienne.

Dans un message à l'occasion du 56e anniversaire des massacres du 17 octobre 1961, M. Messahel a rappelé que lors de cette journée "des compatriotes, forts de leur droit à la dignité et nourris à l’école du patriotisme, sont sortis dans la rue pour marquer, de façon pacifique, leur rejet des mesures vexatoires et discriminatoires prises par les forces coloniales contre la communauté algérienne en France".

Il ajouté que "sans ménagement aucun et sans nul égard pour les droits attachés à la personne humaine, ils ont été victimes d'une répression autant brutale qu’aveugle et beaucoup d’entre eux devaient y laisser leur vie".

"Le 17 octobre 1961, Journée de l’émigration, demeurera à jamais gravé dans la mémoire de notre nation en ce qu’il représente, avec d’autres pages écrites du sang de tous ces martyrs tombés au Champ d’honneur, le lourd tribut payé par la communauté nationale à l’étranger à la lutte du peuple algérien pour le recouvrement de son indépendance", a-t-il affirmé.

Le ministre a indiqué que "ces évènements dramatiques, dont le peuple algérien garde encore les stigmates, sont commémorés, chaque année, dans la dignité et en hommage à nos compatriotes, hommes, femmes et enfants, emportés par cette violence inhumaine".

"Les nouvelles générations sauront, comme celles qui les ont précédées, se rappeler de ce déchainement de violence et entretenir, dans une trajectoire inter-générationnelle, le souvenir des sacrifices consentis par le peuple algérien pour la ré-appropriation de sa souveraineté nationale, de tous ces chouhadas tombés au champ d’honneur et dont il convient, aujourd’hui, d’honorer la mémoire", a conclu M. Messahel.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.