Selon le groupement professionnel du plastique la loi interdisant les sacs en plastique risque de menacer 12.000 emplois

Publication: Mis à jour:
AFP
TUNIS, TUNISIA: TO GO WITH AFP STORY IN FRENCH 'Les groupes d'hypermarchs francais s'imposent aux consommateurs tunisiens' Tunisian women pack their groceries in plastic bags after shopping in a Carrefour supermarket in Tunis 12 December 2004. (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images) | pixabay
Imprimer

Le président du Groupement professionnel du plastique, Oussama Messaoudi, a déclaré dans une intervention téléphonique sur les ondes de Mosaique FM, que le projet de loi sur l’interdiction de l’importation, l’écoulement et l’industrialisation des sacs en plastique à usage unique et non biodégradables, ne peut pas être immédiatement appliqué, au vu des nombreux changements auxquels les industriels doivent procéder.

Messaoudi a également souligné que le secteur offre quelque 12.000 emplois directs et indirects qui se voient menacés, si jamais cette loi est appliquée. "Aujourd'hui, le secteur est devenu sinistré" a-t-il déclaré.

Il a par ailleurs appelé à une restructuration progressive du secteur qui va nécessiter, selon lui, des changements importants pour les industriels. Messaoudi a aussi souligné l'importance d'une étude globale afin d'appliquer au mieux cette nouvelle loi.

Selon Messaoudi, les fabricants de sacs en plastique doivent changer leurs machines car celles-ci ne seront pas capables de fabriquer des sacs qui répondent aux nouvelles normes, chose qui ne peut se faire du jour au lendemain.

En juillet 2016, le ministère de l’Environnement et de développement durable avait annoncé le financement de pas moins de 70% des dépenses relatives à la fabrication de sacs en plastique biodégradables, afin d'aider les industriels dans ce domaine, comme l'avait déclaré l'ancien ministre Néjib Derouiche dans une déclaration à l’agence TAP.

Depuis sa révolution en décembre 2011, la Tunisie connaît un problème récurrent de ramassage d'ordures. Dans certaines régions, des habitants en sont réduits à mettre le feu à leurs déchets enfermés dans des sacs en plastique.

Lire aussi:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.