Enseignement supérieur en Tunisie: Le ministère dresse son bilan et présente ses perspectives

Publication: Mis à jour:
SLIM KHALBOUS
Ministère
Imprimer

Le ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Slim Khalbous, a dressé, lors d'une conférence de presse tenue le vendredi 13 octobre 2017 l'état des lieux de l'enseignement supérieur en Tunisie et a exposé sa nouvelle stratégie pour améliorer la situation des universités tunisiennes.

Les oeuvres universitaires en chiffres

Au cours de son intervention, Khalbous s'est attardé sur les projets réalisés par son ministère au cours de l'année écoulée. Il a passé en revue les principales réalisations entreprises depuis son mandat.

Parmi les chiffres évoqués figurent le nombre d'établissements construits entre 2016-2017. En tout, 101 locaux ont été construits et 136 établissements aménagés.

bilan

De plus huit établissements universitaires ont été créés entre 2016-2017, à savoir l’ISTIC Borj Cédria, l’ISCAE Bizerte, l’ISEAH Zaghouan, l’ISSAT Mahdia, l’ISET Tataouine, l’ISEAH Mehdia, l’ISI Mahdia et le Centre de recherche en textile à Monastir.

mes

Quant au budget alloué aux équipements, il s'élève à 46,5 millions de dinars dont 19,5 millions de dinars destinés à la recherche scientifique.

mes

Au niveau de la restauration, le ministre a fait savoir que les services des œuvres universitaires fournissent 15 millions de repas chaque année universitaire. Il a indiqué que le repas universitaire vendu à 200 millimes aux étudiants coûtent en effet 7,5 dinars. "C'est le coût général" précise le ministre dans une interview accordée à El Hiwar Ettounsi, en soulignant l'engagement de l'État à garantir la gratuité des services et de l'enseignement en Tunisie.

Quant au logement, le ministre a noté l'ajout de 2800 nouveaux lits en 2017 menant ainsi le nombre de lits dans les foyers universitaires publics à 63 mille lits. Le droit au logement dans un foyer universitaire a été, par ailleurs, allongé. "Désormais il sera de trois ans pour les filles et deux ans pour les garçons" a-t-il précisé.

realisation

S'agissant de la bourse universitaire, le ministre a révélé qu’elle a été revue à la hausse pour tous les niveaux. 100.000 boursiers soit 42% des étudiants ont bénéficié de bourse, ce qui a coûté à l’État 148 millions de dinars. "C'est un vrai combat" a-t-il commenté en rappelant les longues tractations afin de pouvoir arracher cette augmentation du budget de l'État.

Revoir la pédagogie

Le ministre a annoncé que le nombre de participants au programme Erasmus a grimpé de 700 à 1500. Concernant l’accréditation, un certain nombre d’établissements universitaires ont pu l’obtenir comme Sup Com, Esprit et ENIT.

mes

Vers une amélioration de l'employabilité des étudiants tunisiens

Pour limiter l'inadéquation entre l'offre et la demande dans le marché de l'emploi, Khalbous a noté que les Centres de Carrières et de Certification des Compétences (4C) permettent d'améliorer l'employabilité des étudiants tunisiens. Il a indiqué que le nombre des 4C est passé de 6 centres en 2014 à 76 en 2017 pour atteindre en fin d'année la centaine. Les 4C offrent des services de conseil, d’orientation, d’accompagnement des étudiants dans leur insertion professionnelle et de certification des compétences à travers des ateliers de formation (Techniques de recherche d’emploi, soft skills et entrepreneuriat) et des journées carrières, organisés en collaboration avec les acteurs socio-économiques.

mes

Khalbous a précisé, par ailleurs, que le ministère a mis en place de nouvelles stratégies basées sur l'approche compétence-métier et l'encouragement de l'entrepreneuriat afin de dynamiser le marché d'emploi et créer de nouvelles opportunités aux étudiants fraichement diplômés.

Les 2 et 3 décembre 2017, un congrès national pour la réforme de l'enseignement supérieur

Un congrès national pour la mise en œuvre de la réforme de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique sera tenu les 2 et 3 décembre 2017, dévoile le ministre. Ce congrès vise à détecter les problématiques actuelles du secteur et proposer des recommandations pouvant servir à instaurer une université démocratique, innovante et ouverte sur son environnement et sur les autres universités internationales.

LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.