Ils sont algériens et ils ont la fièvre de la Korean Pop

Publication: Mis à jour:
KPOP BTS
Han Myung-Gu via Getty Images
Imprimer

BTS, EXO, Super Junior : des noms qui ne vous disent peut-être rien mais qui sont devenus la passion de milliers de jeunes Algériens. Venant tout droit de la Corée du Sud, ces groupes produisent de la K-pop (Korean Pop), amassent des milliards de vues sur Youtube et sont devenus un véritable phénomène planétaire. Donc forcément algérien aussi.

d

Apparue dans les années 90, la K-pop est un genre musical qui mélange les sonorités dance-pop, pop ballad, électronique, rock, hip-hop et R&B2. Les paroles sont bien entendu en coréen.

Il existe aujourd’hui une véritable “communauté de fans” qui ont la fièvre de la K-pop à travers tout le pays. Par exemple, le 30 septembre dernier, une performance live du groupe BTS a atteint la 34e place des tendances de vidéos regardées en Algérie sur Youtube.

Pour certains fans inconditionnels, l'aventure K-pop ne s’arrête pas à la musique. A force de chanter à tue-tête des paroles, ils ont décidé d’apprendre la langue et se sont découvert une nouvelle passion: le coréen.

Ainsi, Linda fait partie de ces fans qui sont fiers d'être capables de comprendre des phrases entières en coréen, sans avoir recours aux sous-titrages. "J'ai appris sur Internet, grâce aux directs publiés par mes groupes préférés. Souvent, les lives ne sont pas sous-titrés et on a tellement envie de comprendre qu'on finit par s'imprégner de la langue", explique-t-elle.

Heureusement, le désir d'approfondir ses connaissances a poussé Linda à se diriger vers un centre de langues ou elle peut réaliser un rêve pour elle : apprendre la langue qu’elle préfère avec un professeur coréen.

"Nous sommes des milliers et le nombre de fans augmente de jour en jour grâce à la popularité qui a explosé de groupes comme EXO et BTS. Mais il faut savoir faire la différence entre les ‘vrais fans’ et ceux qui viennent d’arriver", tient à préciser l’érudite Selma, étudiante en français et fan de K-pop depuis 2009.

Comme pour beaucoup d'adeptes de musique coréenne, Selma était déjà passionnée par la culture asiatique avant de découvrir la K-pop. Pour celle qui aime les mangas et dévore les génériques mangas sur Youtube, tout a commencé par une suggestion de vidéo Youtube en 2009 alors que la pop coréenne était encore quasiment inconnue en Algérie et en Europe.

"Je regardais des génériques de mangas quand j'ai découvert par hasard le groupe SHINee et leur chanson Ring Ding Dong. A ce moment-là, ma vie a changé", dit-elle un peu théâtrale.

Et lorsque Selma parle de changement radical dans sa vie, ce n’est pas une simple métaphore: de simples étudiants, cette jeune femme et ses amis sont devenus organisateurs d’événements spécialement dédiés à la musique coréenne.

"Au début, les autorités nous disaient que si on réussissait à réunir un certain nombre de fans, ils allaient ramener en Algérie des chanteurs coréens. Nous étions jeunes, alors on y croyait”, rit-elle.

Comprenant au fil des années qu'il allait être impossible pour eux de voir leurs idoles invités à se produire dans leur propre pays, ces fans ont décidé de prendre les choses en main et tenter de créer des événements.

Leur but? Permettre aux fans de vivre une journée qui se rapproche le plus possible d'une expérience de concert. Ensemble et sans aucun moyen financier, ils ont organisé leur premier véritable événement dédié à la Kpop en 2014 : le Kpop Town.

Au menu de ces événements? Projection de vidéos de chanteurs, danse, karaoké, concours de danse et chant et enfin quizz : l'objectif étant de permettre aux fans de pouvoir profiter d'un après-midi 100% K-pop.

(Représentation de danse de deux groupes participants à l'évènement K world à Alger)

La première édition a attiré bien plus de spectateurs que ce qu’avaient prévu les organisateurs, ce qui les encouragés à tenter l'expérience l'année suivante :

"Nous avons constaté de nos propres yeux qu'il y avait une véritable demande de la part des jeunes et nous avons envie de satisfaire encore plus de monde !" , s’enthousiasme Selma.

Au fil des éditions, les performances proposées se sont améliorées et les spectateurs sont venus de plus en plus nombreux, grâce à une promotion qui se fait principalement sur les réseaux sociaux. D’ailleurs, chaque événement est aussi créé pour qu’il soit relayé sur les pages Facebook dédiées à la K-pop.

L'année suivante, l'équipe de la K-pop Town a réussi à organiser un événement musical dans une maison de jeunes à Hussein Dey, où une simple demande à l'APC a suffi pour avoir accès au lieu. En 2016, c'est Mohamed Amine Zemmam, directeur de l'Office de promotion culturelle et artistique d’Alger qui a donné le feu vert au cinéma Echabab à Alger-centre pour accueillir le concert K-pop.

Une “facilité” déconcertante, qui peut surprendre beaucoup.

"Les gens croient que c'est difficile de faire changer les choses, parce que c'est ce qu'on n’arrête pas de leur dire. Mais si nous n'avions jamais essayé, nous n'aurions pas pu rendre heureux tous ces jeunes", ajoute Sarah qui fait partie de l'équipe.

Pour ces jeunes qui n'étaient alors qu’étudiants, il a fallu apprendre à organiser des événements de bout en bout en ne comptant que sur eux-mêmes, sans moyen financier ni sponsors. L'entrée est gratuite et les cadeaux des gagnants des concours sont achetés avec l'argent des organisateurs.

Une initiative qui a ouvert la voie à d'autres jeunes qui se sont mis à former eux aussi des groupes d’organisateurs de concerts K-pop et de se lancer dans l'aventure de l’événement dédié à la Kpop. Des événements qui, pour la première fois cette année, sont devenus payants: 400 dinars le ticket. Donc rentables.

Organisés plusieurs fois par an, les événements dédiés à la Kpop connaissent un véritable succès chez les jeunes et ce qu’ils préfèrent ce sont " les projections de clips vidéos sans aucune hésitation”, tranche Hana, fan incontournable et qui ne manque jamais un concert-vidéo de K-pop à Alger.

"Pour nous, c'est la meilleure alternative aux vrais concerts qu'on ne peut pas avoir. On sait qu'on ne verra jamais d'artistes coréens à Alger, alors ce genre d’événements nous fait rêver", renchérit la jeune femme.

En plus, cela nous permet de nous retrouver entre personnes qui ont la même passion et de ne pas être jugés par les autres. Souvent les gens ont du mal à comprendre notre passion débordante pour les groupes coréens et cela fait du bien d'être soi-même, de se sentir moins seuls, même si ce n’est que pour une seule journée.

Malheureusement, il n’y a pour l’instant qu’à Alger où sont organisés ces ersatz de concerts de K-pop, en attendant les fans algériens de K-pop qui vivent à Tlemcen, Ouargla ou Constantine rongent leurs freins en consommant l’aspect virtuel de leur passion et en se regroupant sur les réseaux sociaux.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.