Brésil: Ils utilisent des versets du coran dans leur chanson et s'attirent les foudres des internautes

Publication: Mis à jour:
VEM DANCANDO
DR
Imprimer

MUSIQUE - Un clip vidéo d’MC Nando et MC Luanzinho, jeunes chanteurs brésiliens, publié le 16 septembre, a refait surface ces derniers jours provoquant la colère de la communauté musulmane sur internet. Pour leur chanson “Vem Dançando” (Venez danser), les deux chanteurs ont accompagné leurs paroles de versets coraniques.

Le DJ dans la chanson, Leozinho MPC, a répété une partie d’un verset de manière à créer un rythme de reggaeton. Il a choisi pour cela le deuxième verset de la sourate Al-Mujâdalah (La Discussion) qui commence par “Ceux d’entre vous qui répudient leurs femmes.” La sourate présente aux musulmans plusieurs instructions pour résoudre différents problèmes auxquels ils sont confrontés.

Mais ce qui a le plus déplu à la plupart des internautes musulmans, ce sont les jeunes Brésiliennes vêtues de shorts, qui dansent dans le clip d’une façon “trop provocante” selon eux.

La vidéo a vite fait le tour des réseaux sociaux en scandalisant plusieurs internautes qui n’ont pas lésiné sur les insultes. D’autres, plus raisonnables, ont essayé d’expliquer aux chanteurs brésiliens la réaction des internautes.

“Le thème que vous utilisez en langue 'arabe' fait partie de prières sacrées pour les musulmans. C’est comme si vous utilisiez plusieurs parties de la Bible dans vos chansons et vos clips avec des filles. Vous savez maintenant pourquoi il y a beaucoup d'insultes dans les commentaires en anglais et en français", écrit cet internaute.

Si le clip a été supprimé de la chaîne officielle, suite aux nombreux signalements de la part des internautes, plusieurs vidéos circulent toujours sur la toile. On peut donc toujours retrouver le clip de "Vem Dançando", mais aussi les nombreuses vidéos de fans en train de danser sur la chanson.

Ce n'est pas la première fois qu'un DJ choisit de remixer un texte religieux. Le DJ britannique Dax J, après avoir mixé l'appel à la prière musulman dans une boîte de nuit de Hammamet en Tunisie en avril dernier, avait été condamné par contumace à un an de prison.

LIRE AUSSI: