Réformes sociales: L'UGTT définit ses lignes rouges

Publication: Mis à jour:
UGTT
A man walks walk out of the headquarters of the General Union of Tunisian Workers (UGTT) in Tunis, Tunisia, October 5, 2016. REUTERS/Zoubeir Souissi | Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

Après avoir minutieusement analysé la situation des caisses sociales et dressé un tableau général de l'état des lieux du pays, l'UGTT a constaté l'ampleur et la gravité de la crise économique actuelle. L'organisation syndicale a imputé, dans un communiqué rendu public à l'issu d'une rencontre tenue mercredi et présidée par le secrétaire général du syndicat Noureddine Taboubi, l'énorme déficit des caisses sociales aux mauvais choix économiques entrepris notamment en ce qui concerne les réformes économiques, l'évasion fiscale et les politiques d'emploi.

Le syndicat a réaffirmé son refus catégorique quant à la privatisation des entreprises publiques. "C'est une ligne rouge à ne pas franchir" a-t-il indiqué en appelant à la mise en place d’une stratégie nationale dont l’objectif est de sauver les entreprises publiques en difficulté et leur accorder les mêmes avantages, incitations et soutien accordés aux entreprises du secteur privé afin de stimuler la production et la productivité et assurer leur pérennité .

L'UGTT a, d'autre part, appelé l'organisation patronale UTICA à respecter les accords signés relatif à l’augmentation salariale dans le secteur privé et public, relatif à l’année 2018. Il a souligné la nécessité de lever le blocus appliqué depuis maintenant cinq ans sur les employés du gardiennage du secteur privé.

LIRE AUSSi: Tunisie: La tension monte entre la centrale patronale et la centrale syndicale

L'UGTT a, également, manifesté son refus quant à l'élaboration d'une loi de Finances qui mette en péril le pouvoir d'achat des citoyens et détériore la situation de la classe ouvrière. Elle a, ainsi, appelé le gouvernement à ne pas adopter des mesures fiscales au détriment des salariés et à consacrer la majorité de ses efforts sur les mesures sociales profondes et l’équité fiscale. "Nous appelons le gouvernement à exiger l'imposition des entreprises, à l'élargir la base d'imposition et à annuler le régime forfaitaire" note l'UGTT dans son communiqué en exprimant son refus catégorique des exonérations fiscales.

LIRE AUSSI: Les salariés sont ceux qui ont le plus contribué aux recettes fiscales de l'État, affirme l'OTE

La centrale syndicale a renouvelé son attachement quant à l'importance de préserver l'école publique et à appelé à améliorer de la situation des hôpitaux publiques.

L'UGTT a, également, souligné la nécessité d'adopter une stratégie capable de lutter contre le phénomène de l’immigration clandestine en appelant les autorités à ouvrir une enquête suite au naufrage d’une embarcation transportant des migrants clandestins, survenu dimanche dernier, aux larges de Kerkennah. La centrale syndicale a souligné la nécessité de trouver des solutions aux problèmes du chômage et de développement régional afin de lutter contre la marginalisation et d'améliorer les conditions de vie des jeunes tunisiens.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.