Ramid qualifie les homosexuels d'"ordures" et s'attire les foudres d'associations marocaines

Publication: Mis à jour:
RAMID
Stringer . / Reuters
Imprimer

SOCIETE - Enième sortie controversée de Mustapha Ramid sur l'homosexualité. En marge d'une réunion sur la prévention de la torture, le ministre d'Etat chargé des droits de l'Homme a été interrogé par des journalistes au sujet de la pénalisation des homosexuels.

Des questions auxquelles ce dernier a répondu avec agacement, disant qu'il ne fallait pas "donner trop d'importance à ce sujet". Il a ensuite qualifié les homosexuels d'"ordures", comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous diffusée par Le Site Info:

Des propos qui ont provoqué l'ire de nombreuses associations de défense des droits humains, comme l'Association marocaine des droits de l'Homme et l'Association de lutte contre le sida, pour n'en citer que quelques unes. Ces dernières ont rédigé une lettre commune à l'attention du chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani.

Un texte dans lequel elles condamnent "fermement les récentes déclarations du ministre marocain des droits de l'homme, Mustapha Ramid, sur les homosexuels au Maroc".

"Nous considérons que qualifier de 'saleté' des citoyens marocains comme tout autre citoyen, est une violation flagrante de la constitution marocaine, qui dans son préambule, adopte l'engagement de l'État marocain aux droits de l'homme tel que reconnu internationalement", continue le communiqué. "Le ministre d'État, avec de telles déclarations, encourage l'homophobie".

Les organisations en appellent au roi pour "protéger les droits et les libertés des individus et des groupes, étant le garant de l'exercice par la Constitution". Elles demandent également au "président du ministère public d'ouvrir une enquête sur le ministre Ramid" suite à ces propos qu'ils jugent "inconstitutionnels et discriminatoires".

Ce n'est pas la première fois que Mustapha Ramid fait une déclaration homophobe. En 2015 notamment, alors qu'il était invité chez Chada FM, il avait été interrogé sur la criminalisation de l'homosexualité. Le ministre PJD avait estimé que les homosexuels devraient changer de sexe pour ne pas être inquiétés par la loi.

LIRE AUSSI: