Palestine: le Hamas et le Fatah ont trouvé un premier accord de réconciliation

Publication: Mis à jour:
HAMAS FATAH
Ismail Zaydah / Reuters
Imprimer

INTERNATIONAL - Un premier accord sur la réconciliation entre les deux partis politiques palestiniens Hamas et Fatah a été conclu ce jeudi au Caire après dix années de conflit.

Le Fatah de Mahmoud Abbas avait perdu le contrôle de la bande de Gaza en 2007, évincé par le Hamas suite à des discordes sur le partage du pouvoir, entraînant une quasi guerre civile entre les deux rivaux. Les tentatives de rapprochement avaient, depuis, toutes échoué.

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, devrait se rendre le mois prochain en visite officielle dans la bande de Gaza, d'après Zakaria Al-Agha, chef du Fatah dans l'enclave palestinienne. Une première depuis dix ans qui confirme ainsi une possible réconciliation pour sceller l'unité palestinienne.

En 2007, le Hamas, vainqueur des élections législatives mais bête noire de la communauté internationale, considéré par de nombreux pays comme une organisation terroriste, avait expulsé de force le Fatah, parti pour s'emparer du territoire contrôlé.

Une réconciliation toutefois compliquée

Cette réunion à huis-clos au Caire, sous parrainage de l'autorité égyptienne, a permis de conclure un accord dont les termes n'ont toujours pas été dévoilés. Ils seront rendus public lors d'une conférence de presse en milieu de journée d'après un porte-parole de la délégation du Fatah.

Les discussions ont porté sur les modalités pratiques du rapprochement entre les deux partis mais les questions concernant le contrôle de la sécurité à Gaza et le sort des 25.000 hommes du bras armé du Hamas demeurent en suspens. L'Autorité palestinienne devrait cependant déployer 3.000 policiers dans la bande de Gaza.

Mahmoud Abbas devrait par ailleurs lever "très bientôt" des mesures financières prises en 2017, comme l’arrêt du paiement de la facture d'électricité gazaouie à Israël, forçant ainsi le Hamas à la conciliation, toujours selon Al-Agha.

Les deux partis ont annoncé que le processus de réconciliation prendrait un certain temps compte tenu des intérêts contradictoires de chacun. Les dispositions concernant le partage du pouvoir s'annoncent donc tendues et compliquées.

LIRE AUSSI: