Habitants en colère, incendies et routes bloquées: La tension monte à Kébili

Publication: Mis à jour:
RGT
Photo d'illustration | Facebook/Kebili infos
Imprimer

Manifestations, affrontements, routes bloquées et incendies, la situation se tend ce jeudi dans la région de Souk Lahad à Kebili.

En colère, des habitants se sont regroupés devant la délégation pour protester contre la mort "suspecte" de deux jeunes de la région qui ont péri lors du naufrage de leur embarcation après une collision, dimanche soir, avec un bateau de la Marine, précise Shems Fm.

Une situation de tension qui a violemment dégénéré quand un groupe de personnes ont bloqué la route reliant Kébili et Souk Lahad, après avoir incendié le siège de la délégation et la maison du délégué, rapportent de nombreux médias locaux. "Ils étaient plus que 300 personnes" a affirmé le porte-parole du ministère de l'Intérieur Yasser Mobah, à Shems Fm. Il a ajouté que ces derniers ont tenté d'attaquer le poste de la garde nationale avant d'être interceptés par les forces de l'Ordre.

Il a précisé que, selon les premières informations, les policiers ont riposté aux jets de pierres des manifestants furieux. Il a rappelé, par ailleurs, que les forces de l'Ordre n'hésitent pas à avoir recours à la force pour calmer la foule et maîtriser tout rassemblement illégal et hors de contrôle.

Selon Jawhara Fm, les forces de l'ordre ont usé de gaz lacrymogène pour disperser la foule. Des unités de l'armée ont été, également, dépêchées afin de sécuriser les établissements scolaires, le poste de la garde nationale et le transport des élèves suite à la suspension des cours, ajoute la même source.

Ce jeudi, le chaos règne à Souk Lahad, affirme Mosaïque Fm. Ces photos publiées sur les réseaux sociaux montrent l'ampleur des dégâts au niveau du siège de la délégation .

De nombreuses personnes ont profité des protestations des familles des victimes du naufrage pour vandaliser et incendier des propriétés publiques, a indiqué le gouverneur de Kebili, Sami Ghabi, à Mosaïque Fm.

Il a précisé, d'autre part, à Shems Fm, que ces protestations ont été lancées pour réclamer la vérité sur les circonstances du naufrage. Il n' a pas écarté la possibilité que ces mouvements aient un lien avec des menaces terroristes.

Selon plusieurs sources, si le calme semble être revenu, il s'agit d'un calme précaire .

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.