Revenir au "Siwak" et au "Harkous" aidera à combler le déficit de la balance commerciale de la Tunisie, selon Hamma Hammami

Publication: Mis à jour:
HAMMA HAMMAMI
In November 16th, 2014: big political meeting of the Front Popular, with its president Hamma Hammami, candidat for the the presidency of the republic for the elections of November 23rd. In a long speech of more than one hour, Hammami, assured that he will work on the installation of a social justice and a balance between the various regions of the country, before finishing his meeting with his wife Radia Nasraoui, his daughter and all his friends and leaders of the party. (Photo by Nicolas Fauqu | Nicolas Fauqué via Getty Images
Imprimer

Oui, c'est bien de "Siwak" et de "Harkous" que Hamma Hammami a parlé au micro de Mosaique FM, pour dit-il, aider à combler le déficit de la balance commerciale de l'État.

Le leader du Front Populaire a en effet appelé les femmes tunisiennes à revenir aux techniques esthétiques traditionnelles et à utiliser les produits cosmétiques de fabrication locale, critiquant la politique d'importation "anarchique" que mène le gouvernement.

Selon Hammami, cette politique d'importation qui prévoit près de 450 millions de dinars en devises pour les produits cosmétiques, aura pour conséquence une augmentation du déficit de la balance commerciale qui, selon lui, atteindra les 20 milliards de dinars.

"Ces 450 millions de dinars de devises pourront servir à créer des projets pour les jeunes et pour ceux qui sont au chômage" a-t-il déploré.

En août 2017, le niveau des avoirs nets en devises de la Tunisie avait atteint 11,538 milliards de dinars, ou 90 jours d'importation, contre 120 jours d'importations à la même date en 2016.

Lire aussi:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.