"Levez l'étau sur la vie privée des femmes", l'appel de l'ATFD en direction des policiers en réaction à l'affaire du bisou

Publication: Mis à jour:
KISS ARAB COUPLE
A young couple sit together on a rocky outcrop off the Arabian sea in Mumbai on July 3, 2015. AFP PHOTO / INDRANIL MUKHERJEE (Photo credit should read INDRANIL MUKHERJEE/AFP/Getty Images) | INDRANIL MUKHERJEE via Getty Images
Imprimer

L'Association Tunisienne des Femmes Démocrates a fustigé, via un communiqué publié le 10 octobre, les atteintes aux libertés individuelles et à la vie privée en réaction à l'affaire du bisou.

L'ONG féministe, tout en rappelant sa satisfaction lors de l'adoption de la loi relative aux violences faites aux femmes, espérant ainsi des changements de pratiques, signale avec inquiétude les prémices de la non-application de ladite loi reflétée par la poursuite des violences à l'égard des femmes et des filles, pratiquées aussi bien par les personnes que par les institutions de l'État, notamment les policiers.

"Nous sommes étonnées par la déclaration du porte-parole du tribunal de première instance de Tunis dans une émission de télévision (...) où il a dévoilé, malgré le fait que le jugement ne soit pas définitif, les détails embrassants de l'affaire dans une transgression criante de la vie privée des Tunisiennes et des Tunisiens, et ce, en se basant sur la seule version des policiers", a signalé le communiqué.

L'ATFD dénonce le harcèlement répété des policiers à l'encontre des jeunes sous la bannière des bonnes moeurs et la préservation de l'ordre public, et ce, en bafouant les procédures judiciaires garantissant les droits de la défense et un procès équitable.

L'association tunisienne révèle, par ailleurs, que certains policiers refusent de déposer les plaintes des femmes victimes de violences contre leurs agresseurs, en citant quelques exemples relevés à travers tout le pays.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.