Pickalty, le nouveau moyen de transport écolo

Publication: Mis à jour:
PICKALTY7
Ibtissam Ouazzani/HuffPost Maroc
Imprimer

TRANSPORT - "J’ai trouvé mon sport!", s’est exclamé Aziz Rabbah, ministre de l'Énergie, des Mines et du Développement Durable en s'installant sur Pickalty, ce nouveau moyen de transport écologique, présenté lundi à Kénitra, à l’occasion de l’ouverture de sa première unité de production. Le ministre, et par ailleurs maire de la ville, était ainsi ravi de savoir que diriger une Pickalty nécessite un minimum d’effort de la part de l’usager.

pickalty 6

Le ministre Aziz Rabbah, s'essayant à la conduite de Pickalty.

Comme son nom l’indique, Pickalty est une sorte de vélo qui a la particularité d’avoir deux roues à l’avant pour maintenir une caisse pouvant supporter jusqu’à 200 kilos. Pas besoin donc d’apprendre à tenir l’équilibre pour se déplacer avec ce triporteur sans moteur, qui a nécessité huit mois de recherches et de conception de la part de Brahim Belghiti et son équipe de cinq jeunes Marocains, en collaboration avec l’Université Mohammed V de Rabat.

pickalty1

Brahim Belghiti, 29 ans, fondateur de Pickalty.

“Les moyens de transports classiques polluent et sont très contraignants sur le plan économique", explique au HuffPost Maroc Brahim Belghiti, consultant en ingénierie industrielle en France. “Leurs usagers doivent aussi se plier à plusieurs réglementations telles que la plaque minéralogique, le contrôle technique, l’assurance, le permis, naturellement... Tous ces frais peinent à ce que l’évolution économique rurale et urbaine se fasse.” D'où la proposition de cette solution alternative, Pickalty se voulant à la fois “écologique, économique et pratique” pour la mobilité urbaine.

Ce nouveau concept pour le pays, dont l'égérie est l'athlète marocain Abdelaati Iguider, peut se placer dans différents contextes et s’adresser à une large clientèle d’après Belghiti. “On peut à la fois séduire une dame qui veut livrer des fleurs comme une très grosse compagnie de messagerie urbaine", affirme le directeur du projet qui dit avoir déjà été approché par plusieurs clients au Maroc comme à l’étranger, notamment pour une commande de 111 pickalties d’une startup ivoirienne qui travaille sur l’optimisation et la valorisation des déchets, ou encore pour une demande d’investissement d’un groupe burkinabé.

La marque devra donc répondre à ces premières sollicitations avec sa capacité de production mensuelle actuelle de 160 pickalties, fabriqués par une quinzaine de jeunes recrutés via les associations d’insertion professionnelle, un volume que le fondateur espère augmenter après l’ouverture d’une seconde unité destinée à l’export qui serait localisée à l’Atlantic Free Zone de Kénitra.

pickalty3

Mais le véritable défi reste, selon Aziz Rabbah, de trouver un marché, de convaincre les usagers de l’importance de ce produit, mais aussi de s’adapter à l’infrastructure des voies. “Le produit va certainement nécessiter un développement en termes d’infrastructure dans les villes, et il devra s’adapter, même si l’aménagement des voies devra aussi prendre en considération ce type de produit”, déclare au HuffPost Maroc, le ministre également maire de Kénitra, qui semble croire en la réussite de Pickalty.

“C’est le projet d’un Marocain résident à l’étranger, ça mérite donc un soutien particulier. C’est aussi un projet porté par un jeune", ajoute Rabbah, démontrant son intérêt pour ce nouveau moyen de transport. “C’est un projet innovant, qui va permettre de participer à cette nouvelle dynamique de mobilité urbaine, qui consiste en une mobilité durable écologique moins contraignante, avec plus de facilité, et multi-service", explique-t-il, ajoutant que la production d’un tel triporteur s’aligne dans la politique nationale en matière de développement et de préservation de l’environnement.

Pour se procurer une Pickalty, il faudra débourser 9990 dirhams, un prix qui, selon Belghiti, est le moins cher à l’échelle mondiale, compte tenu de sa conception et des matériaux utilisés pour produire ce moyen de transport qui promet une durée de vie de 15 ans. “70% du produit est composé d’aluminium, le matériau le plus écologique qui soit en terme de recyclage”, souligne Brahim Belghiti, qui a pu diminuer le prix initial du produit (12.000 dirhams), grâce à l’accord de principe signé avec Alumium du Maroc, qui était présent lors de l’ouverture de l’unité de production pour étudier la faisabilité d’un tel projet.

Pickalty a mis en place sa première unité de commercialisation à Kénitra, et en ouvrira d'autres à Marrakech en novembre et à Casablanca en avril 2018. Le modèle “move” de Pickalty présenté lundi, sera suivi d’une prochaine gamme baptisée “store” et destinée à une activité génératrice de revenus ou de commerces ambulants, comme la vente des glaces.

L’entreprise Pickalty fait partie de Tassima Technology, un groupement de produits destinés à répondre aux besoins de clients en industrie, en formation et conseils mais aussi en services digitaux.

LIRE AUSSI: